Freud et mes boucles d’oreille

Comme tout le monde, je perds bien sûr des chaussettes, une sur deux, mais je m’en bats l’œil. Alors que mes boucles d’oreille, mazette, quel drame… Pour sublimer un peu, j’ai imaginé cette œuvre !  composée de mes boucles orphelines. Freud (ce badge me fut offert lors de La Nuit de la Psychanalyse à La Friche-Marseille) est là : il me dit, l’air sévère,  que la perte fait partie intrinsèque de notre condition humaine … et que je n’ai qu’à la boucler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *