L’été du Nord au Sud

Sur la plage d'Ostende

Sur la plage d’Ostende (D. Cuypers)

Dans la Drôme

Dans la Drôme (D. Cuypers)

Publié dans Blog | Laisser un commentaire

Un dernier verre au bar sans nom

bar cinque terreIl y a longtemps que je n’avais goûté au plaisir exquis de retrouver le soir avant de dormir des amis de papier, si vivants pourtant, qu’on pourrait les reconnaître au coin d’une rue à Portland, Oregon, ou à San Francisco Quelle puissance, quelle fluidité ! Et un subtil sens de l’ironie en prime. Sur près de 400 pages nous sommes embarqués dans les vies de Jaime, Charlie, Linda, Dick, Stan – extraordinaire personnage d’une résilience à rendre jaloux Cyrulnik… Fin des années 50 alors que la beat génération (à l’honneur dans une exposition au centre Pompidou) donne un nouveau rythme à la littérature, ces jeunes gens rêvent, aiment, se battent, désespèrent, sombrent, ressuscitent. Et envers et contre tout écrivent. A l’image de leurs célèbres parangons, Kerouac, Ginsberg et les autres, ils boivent plus que de raison, et la plupart du temps se droguent de la même façon. Ce qui évidemment ne les empêche pas d’être formidablement attachants. Charlie promis à tout avec son manuscrit sur sa guerre de Corée et qui n’arrivera à rien, sa femme, l’adorable Jaime, qui, elle, fera son chemin – leur bébé Kira est le bébé de fiction le plus craquant qui ait jamais gigoté dans les pages d’un roman (Charlie avait envie de pleurer tellement il l’aimait). Ils trainent donc leurs guêtres dans les bars, les cafés qui –comme le titre l’annonce – sont omniprésents et on ne saurait se plaindre de fréquenter assidument outre l’irrésistible Bar sans nom, le Tosca, le City Lights, le Vesuvio, le Perry, l’Enrico. Euphorie et dépressions, démêlés avec les éditeurs, attentes anxieuses, vrais talents et fausses vocations, tout cela nous est conté entre deux virées dans ces rades et mine de rien nous sont donnés aussi des commentaires pertinents sur l’écriture elle-même.
Cette histoire ferait un superbe film mais ne le souhaitons pas trop pour lui épargner la mise aux normes hollywoodiennes férocement décrite par Don Carpenter… Cet auteur a eu, nous dit-on, une vie pas facile et ce livre semi-autobiographique s’en fait l’écho, mais un amour indéfectible de la vie est ce qui reste une fois le livre – à regret – fermé.
Mettez-le illico dans votre sac !
Un dernier verre au bar sans nom. Don Carpenter. Editions Cambourakis.
Et si vous voulez en savoir plus sur cet auteur peu reconnu de son vivant mais adulé dorénavant par un cercle grandissant de lecteurs dont je fais désormais partie, vous lirez la postface de Jonathan Lethem  qui a contribué à le faire sortir de l’ombre et qui a revu et édité cette oeuvre posthume dont le titre original est Fridays at Enrico’s. Thank you !

 

 

Publié dans Blog | Un commentaire

Que demande le peuple ?

Non je ne vais pas vous entretenir des bienfaits et méfaits du référendum mais…  du collagène de méduse. Il est bio-assimilable, il aide à la réorganisation de la matrice extracellulaire du derme, augmente la tonicité et l’élasticité de la peau avec un effet filmogène protecteur. (lu dans Femina) Tout ça pour la modique somme de 42 euros) Si vous préférez la bave d’escargot, j’ai aussi ça en rayon. A 29 euros.  H’elixir sublissime ça s’appelle. Et surtout pas d’inquiétude : la bave du gastéropode est purifiée.
Que demande le peuple ? La gale pour se gratter …comme me disait récemment Catherine, cuisinière émérite que j’interviewais pour un livre gourmand dont je vous reparlerai.

Publié dans Blog | Un commentaire

Duras encore et toujours

Duras lors d’une belle soirée de juin à la Maison de la Poésie à Paris pour la sortie du livre Le dernier des métiers, au Seuil, réunissant les entretiens de l’auteure de L’amant avec la presse, sous la direction de Sophie Bogaert.. Je vous en reparle sans doute.

Duras au détour d’une page du très joli livre d’Anne Berest , Sagan 1954 (Stock). Entre biographie, autofiction et roman, elle mêle sa vie à celle de l’auteure de Bonjour tristesse et tisse un texte sensible et délicat. Extrait du moment où Sagan vient de dédicacer son livre pour la presse chez Julliard . « Il n’ y a plus rien à faire , qu’à allumer une cigarette ( fumer seule, une habitude maintenant), traverser la rue, marcher quelques pas et passer voir « Flo » (Florence Malraux) dans son bureau chez Gallimard – lui proposer d’aller boire un bock sans limonade. Devant la porte d’entrée de la prestigieuse maison d’édition, une femme s’est assoupie dans une voiture, Françoise l’a reconnue à son rouge à lèvres rouge et à ses paupières de bouddha. Françoise a tant aimé la torpeur de son dernier livre, la chaleur délétère des petits chevaux de Tarquinia, il faudrait oser lui dire mais la reine Marguerite, ainsi endormie, offre le visage radieux d’une jeune noyée qu’on n’oserait déranger. » Les petits chevaux … je me souviens de l’été où je le lus et de m’être divinement, presque dangereusement, perdue dans cette torpeur.

Publié dans Blog | Laisser un commentaire

Cet été fais ce qu’il te plaît …

Suivre un atelier stylé
« Il y a littérature quand l’essentiel de ce qui se dit dans un texte est dans la manière de le dire. On a tous tendance à vouloir faire joli…. Le vrai style c’est le naturel, mais le naturel ça s’apprend. » Régis Debray sur France Culture en juin 2016
L’atmosphère, la couleur, la respiration, le rythme : accoucher d’un style n’est pas si facile. Il y faut, comme toujours, de la sensibilité et du travail. Il faut à la fois laisser place au flux, à l’émotion, et jouer le jeu de travailler cette matière comme une pâte, avec ténacité et une bonne dose de patience.
Pour suivre ce stage avec profit, il faut avoir une pratique régulière de l’écriture, que cette pratique soit personnelle, ou qu’elle se soit construite au cours de deux années d’atelier régulier d’écriture. Il faut aussi désirer entrer dans un véritable travail du style : réécrire, autant que la phrase le demande.
Au programme : Chercher le tempo, les mots qui roulent. Travailler les figures de style et mener la chasse aux clichés. Redécouvrir les modes et les temps. Faire le point sur la ponctuation. S’approprier quelques ficelles de bons auteurs…
Aleph-Ecriture, 7 rue Saint-Jacques, Paris 5ème
22-26 août 2016 – 540 euros
Animatrice Dane Cuypers
Inscription auprès d’Aleph 01 46 34 24 27

Ecrire aux Buttes Chaumont
Moins exigeant mais plein de promesses, un atelier dans le parc des Buttes Chaumont sur le thème des jardins et de la cuisine, deux espaces pour une écriture des sens Pour vous mettre en appétit une mise en bouche de Marie Rouanet :
La cuisine ouverte sur le soir d’été, un peu fumeuse de friture, devient ce lieu d’où on réorganise le monde. L’esprit s’élance hors du corps rassasié vers le firmament pur où brillent les astres.
Parc des Buttes Chumont
Samedi 6 août 2016. 10h00-13h00
40 euros, café ou thé offert si envies ou intempéries
Animatrice Dane Cuypers
Inscription au 06 09 18 45 59 ou sur danecuypers@yahoo.fr avant le mercredi 5 août

Marcher et jeûner
Une expérience proposée par Capucine
J’organise un séjour jeûne et séjour jeûne et randonnée en Touraine la 2ème semaine d’août et un autre la 3ème semaine de septembre.Je démarre dans cette activité après avoir moi-même vécu plusieurs jeûnes.  J’ai été tellement fascinée par ses bienfaits que j’ai souhaité partager cette expérience avec d’autres, j’ai donc suivi une formation pour être habilitée à vous accompagner.
Si vous avez le désir de jeûner, si vous avez des questions, j’y répondrai avec plaisir au 06 05 24 47 16 12 ou capdesach@gmail.com

 

Publié dans Blog | Laisser un commentaire