Exit les bikinis, voici les burkinis

Elizabeth Badinter toujours là où je l’attends.  Cette fois avec son coup de gueule sur la mode islamique. Comme elle, je ne suis pas choquée une seconde par les propos de la ministre Laurence Rossignol qui qualifie « d’irresponsables les marques qui font la promotion de cet enfermement du corps des femmes ». Uniqlo, Dolce & Gabbana, Marks & Spencer se sont en effet lancés dans les vêtements dits « pudiques ». La marque anglaise vend, nous dit Le Monde (dimanche 3 –lundi 4 avril) deux modèles de burkinis, une combinaison de bain de trois pièces (un legging, une tunique et un hidjab). La philosophe estime que les femmes doivent appeler au « boycottage de ces enseignes ». musulmanes au bainCela me rappelle à Sihanoukville, au Cambodge,  de jeunes musulmanes, adorables, ravissantes et rieuses c’est vrai, se battant pourtant dans leurs voiles avec les vagues.Le même article du Monde cite une étude selon laquelle le marché mondial de la mode islamique représenterait 202 milliards d’euros et pourrait atteindre les 320 milliards en 2020… Elizabeth Badinter ne se place pas sur ce terrain économique. Dans l’entretien accordé à Nicolas Truong, elle revient sur l’accusation d’ »islamophobe » qui taxe ceux qui soutiennent les femmes contraintes de porter  le voile sous la pression islamique – accusation qui, dit-elle, tétanise la plupart des Français. Elle rappelle aussi – et cela me paraît le plus important- que lors de la guerre civile algérienne des années 90, les « féministes venues d’Algérie ou d’Iran n’ont pas cessé de nous avertir : Vous ne voyez pas que ce qui se passe chez nous va arriver chez vous ? Cela me renvoie à Michel Houellebecq et son livre Soumission (ce n’est pas du tout un de mes auteurs de prédilection mais ce roman est excellent) et aux prises de position de Kamel Daoud à propos de la nuit de Cologne stigmatisé par des journalistes français de gauche – comme s’il n’était pas suffisant qu’il soit victime d’une fatwa dans son pays.

Dans le même registre, quel tollé de protestations à propos du dessin de Plantu sur son blog avec la légende « Dolce Gabbana lance une collection de hidjab » –  «  A quand la fashion ceinture ? » demande une jeune femme voilée, une ceinture d’explosifs à la taille…

 

 

7 réponses sur “Exit les bikinis, voici les burkinis”

  1. Comment ne pas être d’accord,mais peut être faut il tuer le mal par le mal et demander à toutes les mécréantes de se momifier pour retirer toute valeur au déguisement?
    Quoi qu’il en soit les marchands de chiffon resteront les grands gagnants le fric ne croit qu’au fric.

  2. Dane,
    Comme d’habitude, la première à te lancer dans la polémique dès lors qu’il est question du corps des musulmanes ! Qu’est-ce qui te rend si légitime ? Être une femme, journaliste, féministe ou simplement attisée par le rejet des musulmans ? Regarde-toi répéter les propos de la classe politique et des porte-paroles de la pensée raciste !
    Pourtant une journaliste doit aller sur le terrain et rencontrer les personnes visées. Or que sais-tu de ces femmes qui ont envie de se couvrir pour nager ? En as-tu même jamais rencontré une seule ? Par ta prise de position peu courageuse, très mainstream franchouillard, tu leur contestes le droit de disposer de leur corps. Belle performance pour une féministe ! En bonne dame patronnesse, tu leur dictes leur manière de s’habiller car tu sais mieux qu’elles. Mais de quoi te mêles-tu ? Que ce soit pour des raisons religieuses, pour cacher leurs vergetures ou leurs capitons, les femmes ont le droit de se couvrir (les hommes aussi d’ailleurs). Le corps des femmes leur appartient depuis longtemps. La liberté de conscience fait partie des droits fondamentaux d’une démocratie. Qu’est-ce qui te gêne tant ? Je t’imagine aussi outrée par les rayons cacher et halal des supermarchés. Tu voudrais dicter aux autres leur manière d’être et de consommer : porc à tous les repas, jambes nues et cheveux découverts obligatoires pour les femmes !
    Ta référence au roman de Houellebecq est édifiant de ta pensée réactionnaire. Comme tous les islamophobes, tu loues son côté prémonitoire. Bizarre pour une journaliste et féministe. Le narrateur est un prof de fac désabusé qui se gratte les doigts de pied atteints de mycose et tâte ses hémorroïdes, un remake du raté beckettien. Mais contrairement à ses modèles littéraires, il s’autocongratule de ses performances sexuelles. Il tartine les pages de son sperme, se félicitant de ses érections. Le thème de l’islam sert juste à le faire éjaculer davantage, à satisfaire son esprit libidineux en ayant plusieurs femmes, se réjouissant que les filles arrêtent tôt l’école pour se consacrer aux tâches domestiques. Ce livre est une monstruosité sexiste que tu cautionnes et juges excellent ! Pas étonnant alors que tu t’insurges contre les femmes qui veulent être actrices de leur vie.

  3. Adam Shatz est très clairvoyant sur la situation française, tu devrais le lire :
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/04/12/un-projet-colonial-aujourd-hui-repense-en-france-comme-une-defense-des-valeurs-laiques_4900692_3232.html?xtmc=shatz&xtcr=2

    J’espère que cela t’aidera à comprendre la nullité des propos que tu relayes sans aucune enquête, aucune preuve, te contentant de répéter ce que la fachosphère propage. Je suis déçue de constater ton absence d’esprit critique et ton niveau française très moyenne. Tu ne fais que répéter des arguments sortis de tout contexte et qui ont fait le buzz. J’ai l’impression de lire une retraitée arriérée maugréant devant sa télé, pas une journaliste de ton niveau. Franchement reprends-toi ! Tu vaut mieux que ça.
    Reprends tes enquêtes, vérifie tes informations, au lieu de les glaner sur les sites identitaires ou d’extrême-droite.

  4. Et encore un grand intellectuel qui démonte ton article.
    Prends la peine de le lire, c’est du très haut niveau :
    http://www.liberation.fr/debats/2016/04/13/leur-republique-et-la-notre_1444690
    Franchement tu devrais lire les grands auteurs comme Michel Wieviorka, plutôt que de te référer aux populistes que tu cites tout le temps. C’est pas digne d’une journaliste et écrivain.
    Ça me fait vraiment de la peine de voir le niveau dans lequel tu baignes.

    1. Agnès, j ‘ai connaissance de tes commentaires il y a deux jours, soit 15 jours après que tu les aies écrits. Un bug regrettable mais aucunement une volonté d’ignorer tes réactions malgré leur excès. J’ai supprimé deux phrases dans tes textes qui étaient insultantes.

    2. A Agnès de Foe.
      Je pense que l’appel au boycott d’Elizabeth Badinter n’est pas une solution et j’ai trouvé le dessin de Plantu plutôt raté. Pour autant votre réaction au post de Dane Cuypers est outrancière. Vous avez tout de même atteint le point Godwin en un échange en la comparant à un Kapo (commentaire retiré par Dane Cuypers semble t-il), joli score… cela qui vous place au niveau des pires trolls d’internet que l’on rencontre d’habitude sur le forum de Yahoo actualités.
      Bien sûr que la plupart des femmes qui portent le voile sont volontaires et de plus en plus nombreuses, pour des raisons religieuses, de revendication identitaire, pour ne pas se faire emmerder dans la rue par des mecs …
      Même si personne ne peut contester ce droit de porter le voile, doit-on pour autant se réjouir de sa progression dans notre société… A t-on le droit de penser que ce n’est pas un progrès sans être taxer d’islamophobe?
      La question a été je trouve assez intelligemment posée par le SS Laurent Joffrin dans cet article
      http://www.liberation.fr/france/2016/04/03/plongee-chez-les-nouveaux-antiracistes_1443736

  5. Merci Dane de les avoir publiés. Ma colère n’est pas dirigée contre toi, mais contre cette politique nauséabonde dont tu te fais la porte-parole. J’aimerais t’encourager à aller à la rencontre des gens plutôt que répéter la propagande d’État qui s’acharne contre une minorité qui a bon dos de supporter les vieilles névroses françaises.
    Que t’ont fait ces Cambodgiennes musulmanes se baignant avec leur voile ? Elles arborent avec fierté ce signe qui constitue leur identité. Et alors ? Elles sont heureuses. Qu’est-ce qui te gêne ? Elles ne te l’imposent pas. Ouvre ton esprit à la tolérance de l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *