L’exquis présent de l’existence

 Il y a toutes ces invitations par mail : on hésite avant de supprimer. On a tort.  Et puis il y a celle qu’on laisse passer. J’ouvre trop tard le fichier « Vivre et penser avec Ivan Illich. Dix ans après. » Je parcours le programme et je retiens cette citation :  le choix de la non-puissance, un art de vivre épiméthéen qui se réjouit de l’exquis présent de l’existence, en lieu et place de la planification prométhéenne d’une action collective à grande échelle . Cet exquis présent de l’existence me ravit, éclaire une journée laborieuse, grise et froide. J’avais été émerveillée comme toute une génération par Libres enfants de Summerhill, nouveau traité d’éducation qui ouvraient grand les fenêtres d’une école contraignante et  contreproductive. Je retrouve fugacement  le parfum de cette liberté-là.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *