Burqua encore : une interview de Rayhana

Rayhana est l’auteur d’une superbe pièce féministe et anti-islamiste « A mon âge je me cache encore pour fumer » qui va faire l’objet d’un long métrage produit par Michèle Gavras. Le 12 janvier 2010, quelques jours avant la fin des représentations à La Maison des Métallos à Paris, insultée et aspergée d’essence dans la rue, elle a sans doute échappé au pire en parvenant à s’enfuir. Pas suffisant pour lui faire parler la langue de bois.

DEGUISEMENT
Quand mon père a su ce qui m’est arrivé, il m’a appelé et m’a dit : Ma fille ne sors plus comme tu es d’habitude, cache toi, mets le voile ou coupe tes cheveux (Rayhana a une magnifique chevelure flamboyante. ndlr). Papa tu sais bien que c’est impossible ! Alors achète toi une perruque, mets des talons hauts et un tailleur. Il sait bien que je ne m’habille jamais comme ça et au fond il me disait : déguise toi ! Mon père a fait la guerre d’Algérie . Il m’a raconté comment un maquisard allait dans les casernes françaises avec un voile. Les « indigènes » comme disaient les Français ! se déguisaient pour mettre des bombes …c’était légitime d’une certaine façon. Mais, dans les années noires, ceux qui allaient tuer des intellectuels, des artistes, des gens du peuple, se cachaient aussi sous le voile, le voile intégral celui où on ne voit que les yeux. Pour moi le voile est incompatible avec une société ouverte et libre.

PEINE DE MORT
Un jour en France, un vrai barbu avec sa djellaba et tout le reste m’a craché dessus . Il m’av ait entendu parler arabe avec une copine, et mes vêtements mes cheveux l’ont sans doute rendu fou. Je me suis dit : j’ai supporté ça en Algérie, je ne veux pas le revivre en France. Pendant les années noires, on a d’abord vu un voile, puis deux, puis trois, puis de plus en plus. Au début c’étaient des choix – et pour les vieilles femmes c’était quasiment une libération de troquer le grand voile blanc qui entravait leurs gestes contre le voile simple. Mais après ? Après j’ai connu une jeune institutrice qui a été tuée parce qu’elle ne portait pas le voile.

BONNES A MARIER
Mon père et ma mère m’ont interdit de mettre le foulard alors qu’ils ont obligé ma sœur des années plus tard à le porter. Pourquoi ? Pour être mieux vu par les voisins, pour se marier plus facilement. C’est pareil ici dans les cités : les filles qui portent le foulard sont sérieuses, bonnes à marier. Et cela se passe là où il y a eu des tournantes, une violence terrible des hommes, des frères. Elles mettent le voile et comme ça elles ont la paix ! En ce moment les Afghanes et les Iraniennes se battent pour sortir à visage découvert et, en France, dans une société laque et démocratique, on voit des femmes disparaitre sous le voile intégral pour être tranquilles…

NONETTES ET FRISETTES
Je suis venue en France en 2000. J’ai connu pratiquement toutes les années noires en Algérie. Voilà pourquoi je suis farouche ! voilà pourquoi je rejette tout signe d’oppression – même les cornettes des nonnes et les frisettes des Loubavitch, je n’ai pas envie de les voir ! Pour moi la religion c’est le bonheur, la fête. Je ne garde que ça. Je fête l’Aïd, je fais Ramadan à ma façon : je prends mon café et je fume et je jeûne et le soir je festoie avec mes amis ! Mais je fête Noël aussi et je voudrais connaitre les fêtes israéliennes où on danse … Je préfère prendre ce qui est beau, l’humanisme des religions. Tout ce qui est oppressant c’est : « dehors » – oui c’est terrible mais c’est ce mot qui me vient.

DES FEMMES LIBRES
C’est très dur de dire tout ce que je viens de dire mais ce que j’ai vécu en Algérie m’y force. Je rêve qu’on interdise le voile en Algérie ( jusqu’à la trentaine en tout cas) . Le jour de l’indépendance, la première chose que les femmes ont faites c’est d’enlever leurs voiles . Il n’y avait plus d’hommes et de femmes ce jour , il n’y avait que des êtres humains libres. Elles arrachaient leurs voiles, libéraient leurs cheveux, dansaient, chantaient…

SERPENTS BIBLIQUES
Le chant, la danse, sont interdit par les intégristes. La femme fait la cuisine, élève les enfants, chauffe le lit de son mari , baise quand le mari le veut , « sinon les anges l’insulteront toute la nuit ». L’histoire que je raconte dans « A mon âge je me cache encore pour fumer » se passe au hammam. Le hammam est interdit aux femmes par les intégristes : une femme pieuse ne montre pas son corps, même pas à une autre femme. Ce n’était d’ailleurs pas mieux dans la religion catholique – voire encore plus répressif; la phrase que j’ai mis dans la pièce « les serpents creuseront des tunnels dans votre sexe » je l’ai prise dans la Bible en transposant l’interdit de l’adultère à la masturbation !

POUR LA LOI
La plupart des femmes qui portent le voile en France l’ont choisi, je le crois vraiment, mais il y en a quelques unes, je ne sais pas combien , qui y sont contraintes et rien que pour elles je dis non ! Je suis contre la burqa et je suis d’ailleurs aussi contre le foulard . Et je suis pour une loi interdisant le voile intégral dans les services publics et les transports. Une telle loi existe depuis des années en Tunisie. Mais je suis aussi pour une autre loi, celle qui réglerait le problème de la discrimination sociale dans les quartiers pauvres, qui ne laisserait pas des jeunes se débattre dans de telles difficultés qu’elles les poussent dans les mosquées, qu’elles les mettent dans les griffes des islamistes.
J’ai toujours été « soutien critique » en Algérie et je veux continuer à l’être pareillement en France. C’est un devoir de rester moi-même. Je ne veux plus avoir peur.

Propos recueillis par Dane Cuypers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *