Admirations…

Devant ma fenêtre (Windows), il m’arrive d’espérer qu’une panne de logiciel me procure une nappe de joli ciel à la fenêtre (l’autre)… » Je découvre le blog littéraire Le Lorgnon mélancolique, de Patrick Corneau qui, « pour tenter de prêter un semblant de sens et d’ordre au monde, fait le pari de la littérature, maîtresse de connaissances et de vérités humaines. » Il vient de consacrer à mon livre un papier d’une générosité mais surtout d’une  intelligence (au sens de comprendre) qui me laisse pantoise. Pour le lire cliquez ICI
Patrick Corneau est écrivain. Récemment paru , Un souvenir qui s’ignore, éditions Conférence. Je ne l’ai pas lu. Sur le site de Causeur, Roland Jaccard est enthousiaste : « Chaque fragment de l’essai de Patrick Corneau, « Un souvenir qui s’ignore », est une source d’émerveillement. Lecteur de Cioran et de Gombrowicz, il espère que l’homme, plutôt que d’être une hyène dotée d’un idéal ou un mutant, choisisse de se reconnaître « cousu d’enfant ». Mûrir, c’est pourrir un peu. Les gens mûrs m’effraient, écrit-il. »

Sur le blog Le lorgnon mélancolique

Charles Ficat dans La revue des deux mondes n’est pas moins enthousiaste :  (…) « le regard ne porte jamais de jugement déplacé ou désobligeant. En particulier lorsqu’il est question de l’omniprésence des outils technologiques dans nos existences. Si parfois le constat est désabusé, il aspire toujours à une forme de liberté perdue ou à une quête du beau. »

 

 Envie d’écrire en cette rentrée atypique ? Suivez le Masque et l’Image. Portes ouvertes sur les ateliers d’écriture le 7 septembre.
Infos sur le lien
https://mail.yahoo.com/d/folders/1/messages/AEwlu1QwaaOMX0uVWgITQHnP2bM