Strass et cravate…

Photo Rebecca Greenfield

 

Miss Knife c’est une chanteuse de cabaret, l’autre moi d’ Olivier Py, l’homme de théâtre, le directeur du festival d’Avignon, qui, talons aiguille, strass et plumes, raconte sa vie passée sur les planches, trente ans d’amours détraqués, de désillusions , d’insolences, de dérision, de passion. « Il y a d’autres travestis, chanteurs et chanteuses qui font des choses comparables à ce que je fais. Mais ce qui trouble, avec moi, c’est ma double vie ; que l’on puisse me rencontrer, cravate autour du cou, discutant la journée de convention collective avec les techniciens d’Avignon, et le soir en robe à paillettes. (…) C’est devenu un spectacle gender fluid, ce qui était moins le cas lorsque j’avais vingt ans. Mais j’étais, à l’époque, crédible, désirable et jolie en femme. Maintenant je joue sur autre chose, sur un personnage dont le genre est assez flou. Est-ce une vieille chanteuse ? Un travesti ? On ne le sait pas trop. Peu importe. (entretien avec Joëlle Gayot, Télérama). Oui peu importe, ce qui compte c’est ce décapant spectacle de music hall : des chansons radieuses ou désespérées, du rire, des larmes, la vie qui vibre, libre, du grand art, bien au-delà du genre.
Dans CRI-CRI, la revue du Théâtre de Marseille déjà évoqué (article « Régénérant » ci-dessous), Olivier Py, répondant à Hervé Castanet, donne une des clés de l’émotion suscitée par son spectacle : « On est davantage nu, vraiment seul sur scène (par rapport au théâtre ndlr), on n’a pas l’appui d’une situation, d’un personnage en situation. En réalité, on est beaucoup plus en danger spirituel dans le music-hall – aussi à cause du chant. Un acteur doit se mettre en danger quand il chante, sinon il ne réalise qu’une performance vocale : le frisson, la chair de poule ne sont pas au rendez-vous. »
Ce premier numéro s’ouvre par un beau texte de la philosophe Barbara Cassin sur le souvenir de la lumière rose donnée par le voile du berceau. Elle écrit : Voir la lumière définit parfaitement la vie. Lumière du jour, lumière du soleil : c’est pour moi une souffrance pure, maladive que de ne pas être dans le soleil qu’il y a ; douleur de voir la lumière dans la chambre d’en face, terrasse ou maison, sur l’autre berge, rive ou trottoir, de ne pouvoir me placer dans le rayon, « sous le soleil exactement ». Je me souviens l’avoir interviewée au Vieux-Port et qu’on avait sans se concerter spontanément cherché la seule dernière table du bistro au soleil. Il me semble que cette addiction à la lumière et au soleil est référencée par la faculté, qu’elle est une pathologie ! Tant pis …

Les premiers adieux de Miss Knife, Olivier Py, le 2 février
La Criée, 30 quai de Rive Neuve, 13007 Marseille
04 91 54 70 54 – www.theatre-lacriee.com

 

Régénérant…

Qu’on soit à fond dans le genré ou au contraire un peu dégenré, pardon dérangé, par le concept du genre, l’occasion est belle de s’y délecter ou de s’y confronter. La Criée nous propose en effet une « invasion » ainsi qu’ elle qualifie joliment ses choix thématiques déclinés sur plusieurs jours. Au programme une journée « Genre et transgenre » le samedi 26 janvier : table ronde, ateliers, film, spectacle, bal … Mais aussi du théâtre et du cabaret.
Ce soir, jeudi 24, vendredi 25 et samedi 26, Michel Fau présente sa dernière folie de théâtre et d’acteur avec Névrotik Hôtel. Il y interprète et met en scène une diva, Lady Margaret, une mamie bitchy (chiante, riche et désespérée), aux mains d’un jeune groom dans la solitude d’une chambre d’hôtel très rose. Il/elle chante la vie d’hier, les lendemains incertains :  « chansons inédites de Michel Rivgauche, musiques signées Jean-Pierre Stora, dialogues parfaits de Christian Siméon qui portent haut l’art de l’humour vipérin et de la mauvaise foi accablante. » (Libé). Selon Michel Fau lui-même, « cela ressemble à une vertigineuse mise en abîme des clichés humains, mais c’est aussi un hommage décalé et poignant à la grande chanson française.  »
Michel Fau a joué dans une dizaine de spectacles d’Olivier Py, qui sera, lui, sur scène le 2 février pour Les premiers adieux de Miss Knife. Paillettes, faux-cils et vraie grande voix, un concert époustouflant, remuant, régénérant ! Dans CRI-CRI, le premier numéro de la revue du Théâtre de Marseille que lance Macha Makeïeff, le psychanalyste Hervé Castanet, qui en est le rédacteur en chef, s’entretient avec le metteur en scène. « Qu’appelle-t-on chanter ? est la question centrale de ma vie » affirme Olivier Py. Quand on l’a vu chanter (et ce fut mon cas il y a quelques années à Paris), on en est convaincu.

PSAS (Post Scriptum Après Spectacle)… J’ai écrit les lignes ci-dessus avant de voir Névrotik Hôtel dont je sors. Enchantée. On se laisse emporter ravi et touché que cette « avalanche de clichés », comme le dit Michel Fau, nous raconte si drôlement la vie d’une diva déjantée… mais aussi un peu la nôtre.

Névrotik Hôtel, 24,25 et 26 février. Avec Michel Fau, Angoine Kahan (formidable) et Mathieu El fassi (piano), Laurent Derache (accordéon), Lionel Allemand (violoncelle).
Journée Genre et transgenre le 26 février, entrée libre sauf spectacle Michel Fau
Les premiers adieux de Miss Knife, Olivier Py, le 2 février
La Criée, 30 quai de Rive Neuve, 13007 Marseille
04 91 54 70 54 – www.theatre-lacriee.com
CRI-CRI, la revue du théâtre de Marseille, disponible en librairie, sur internet et au Théâtre.