Jeune, indépendant et méditerranéen…

15-38  c’est, pile,  longitude et latitude, le point central de la Méditerranée. C’est là où ce jeune média place son curseur pour mieux le déplacer au fil des mois. On s’en doute, la Méditerranée est au cœur de cette aventure éditoriale vécue depuis deux ans par une équipe de journalistes et de réalisateurs qui sont passés par des rédactions françaises et internationales pour couvrir l’actualité depuis la Syrie, le Liban ou l’Algérie. Leur envie : faire vivre l’info en parlant des pays dans lesquels ils vivent, tout en abordant des thématiques communes à la région méditerranéenne. Avec de nouveaux regards. Comment parler de l’accueil des réfugiés syriens sans analyser la situation libanaise ? Comment lutter contre la pollution maritime sans comprendre quelles sont les législations au Maghreb ? Comment se sentir proche de l’Europe si les visas sont si difficiles à obtenir ?
Le site propose un dossier thématique par mois. Une fois ouvert, ce dossier n’est jamais refermé, laissant la place aux contributeurs, mais aussi à de nouveaux articles en fonction de l’actualité. Dans le dernier dossier « Sur les routes de l’exil, non assistance à personne en danger », citons un reportage texte et photos  de Selene Magnolia sur les réfugiés de l’île grecque de Lesbos. « La joie des personnes qui accostent est fugace mais intense : « I made it ! Je l’ai fait ! » Très vite, elles réalisent que le rêve est loin d’être idyllique. Certains restent bloqués pendant des mois en attendant la réponse à leur demande d’asile. Tout ce dont vous pouvez avoir besoin à l’intérieur du camp intervient après une longue file d’attente, souvent de plusieurs heures. Plusieurs heures dans le froid, plusieurs heures dans la chaleur, plusieurs heures la nuit, plusieurs heures lorsque vous êtes malade, ou lorsque vous avez faim. La distribution alimentaire, les services médicaux, les toilettes, l’obtention de papiers et de l’aide des bureaux juridiques, tout à Moria se résume en une longue file d’attente. » Le dossier de janvier s’intitulait « Quand les villes s’effondrent, se (re) construire. » Particulièrement d’actualité à Marseille, cette question du délabrement de l’habitat touche la Lybie, le Liban, l’Algérie… Partout autour de la Méditerranée, des collectifs, des associations ou des habitants se mobilisent.
Le média a aussi créé son réseau avec une rubrique, Le Souk,  accessible à toute personne qui souhaite partager son actualité méditerranéenne : artiste, chercheur, entrepreneur, cuisinier, dessinateur …
Et pour les inconditionnels du papier, 15-38 a lancé son mook, « Une année en Méditerranée », un magazine de 110 pages vendu au prix de 15€. Les ventes permettront aux 14 collaborateurs basés sur le pourtour méditerranéen de poursuivre les reportages pour analyser et porter les voix de ceux qu’on entend rarement. Au menu : une histoire d’amour née en Syrie exilée à Marseille, la forte mobilisation de la société espagnole contre les violences infligées aux femmes, les habitants de Gabès en Tunisie qui s’organisent afin de stopper les rejets polluants de l’usine de phosphate, des portraits d’adolescents syriens au Liban à l’école de la rue….
Acheter en ligne ICI
Ou en librairies :

A L’Odeur du temps, le chat vous attend… Le mook aussi.

– La librairie L’Odeur du temps, 35 Rue Pavillon, 13001 Marseille
– La librairie du Mucem, 1 Espl. J4, 13002 Marseille
– La librairie de la Bourse, 8 Rue Paradis, 13001 Marseille
– La boutique Marseillez-moi, 2 Rue du Jeune Anacharsis, 13001 Marseille
– L’Astragale, 108 Rue de Sèze, 69006 Lyon
– Terre des Livres, 86 Rue de Marseille, 69007 Lyon                                                                                      

Pour laisser un commentaire sur un article, cliquer sur le titre

 

Vive La Marseillaise !

Dans la salle des rotatives de la Marseillaise, le 1er mars, tout près du Vieux-Port, régnait une joyeuse émotion pour fêter l’anniversaire du journal qui, depuis 75 ans, navigue sur des eaux souvent agitées. La dernière tourmente en décembre 1977 a provoqué un mouvement de solidarité pour que « Vive la Marseillaise ». C’est bien le cas ! Elle tient son cap, fidèle aux valeurs qui ont présidé à sa naissance le 1er décembre 1943 pour faire face à Vichy et à l’occupant. La Marseillaise, le quotidien le plus chanté de France comme l’indique malicieusement en « Une » un petit carré rouge ( si si ! regardez bien) et comme le rappelle Jean-Marc Béhar, Président du journal, dans un numéro spécial édité pour l’occasion. Achetez ce numéro en kiosque, vous ne regretterez pas vos 10 €. L’équipe rédactionnelle a réussi un vrai tour de force qui, sur un format géant, en 132 pages, vous fait parcourir le monde de 1945 à 2018. Chacun, selon ses souvenirs, ses passions, ses indignations, s’arrêtera plus ou moins longuement sur les brefs mais denses articles  qui accompagnent de superbes photos et bien sûr la reproduction des couvertures de La Marseillaise de l’époque, à commencer par MARSEILLE EST LIBEREE avec le portrait de De Gaulle sur la Une du 24 août 1944. Ah comme le temps passe ! 1947 : création du Festival d’Avignon, indépendance de l’Inde et du Pakistan. 1948 : naissance d’Israël, Gandhi assassiné, Le Deuxième sexe de Simone de Beauvoir ( mais rien sur ma naissance …) 1951 : les époux Rosenberg condamnés à mort, inauguration de La maison du fada, Le Corbusier. 1957 : Spoutnik et Jalilhouse Rock, Elvis Preslay. 1960 : Krouchtchev inaugure à Marseille le lycée Saint-Exupéry des quartiers Nord… On vous laisse feuilleter ce document à la fois ludique et pédagogique qui aidera aussi des parents perdus pour raconter l’Histoire à leurs enfants. Cela vaudra mieux qu’un clic !

La Marseillaise. Un numéro exceptionnel. En kiosque

 

Les mots, maux du cerveau

Encore un « Rendez-vous de demain » bien excitant pour nos petits neurones que le soleil réveille. Il s’agira d’eux et plus largement de faire le point sur l’état des connaissances scientifiques à propos de notre cerveau et des troubles de la parole.
Avec Xavier Alario :
Directeur de recherche au Laboratoire de Psychologie Cognitive, Aix-Marseille Université et CNRS. Il a notamment dirigé Toutes les questions que vous vous posez sur votre cerveau, Odile Jacob, 2011.
Et Anne-Lise Giraud :
Professeur à l’Université de Genève, titulaire en 2019 de la chaire Langage et Cerveau à l’IMéRA, jointe avec l’ILCB. Elle a notamment publié Le cerveau et les maux de la parole, Odile Jacob, 2018.
Conférence animée par Nancy Cattans, journaliste scientifique.
ENTREE LIBRE
Mardi 5 mars à 19h au Théâtre du Gymnase
4 rue du Théâtre français, 13001 Marseille
Prochain RDV – mardi 9 avril – Les réfugiés et les migrations.

 

Hugo au bistrot

En attendant Hugo
au Théâtre du Jeu de Paume…

Presque deux heures avec Victor Hugo c’est cadeau… Jacques Weber prolonge au théâtre sa pièce donnée dans un bistrot parisien : « On est entre nous. On discute, on cause, on débat. C’est libre et sauvage. Je ne suis pas Hugo. Je ne joue pas Hugo. Mais en lisant ses textes, je provoque une rencontre, une alchimie dont surgit un autre je, un autre Hugo, quelqu’un qui est entre nous deux. Et c’est vrai ! Hugo sur le plateau du Théâtre du Jeu de Paume à Aix-en-Provence était ce dimanche 3 mars avec nous ! Tous les Hugo, le politique, celui qui se lève contre la misère et l’injustice, l’écrivain génial, le jouisseur, l’orgueilleux, le grand-père fou d’amour… C’est la multiplicité des personnages qui séduisent Jacques Weber. Ces contradictions créent « quelque chose d’incertain, du sensible et donc du théâtre. »
Magali Rosenzweig lui donne la réplique. C’est sa Juliette Drouet qui nous offre deux jolis moments musicaux. Elle chante La Légende de la nonne ( et c’est la voix de ma grand-mère qui resurgit sur celle de Brassens). Que le texte soit d’Hugo voilà qui me la baille belle !
Il est des filles à Grenade
Il en est à Séville aussi
Qui, pour la moindre sérénade
A l’amour demandent merci
Il en est que parfois embrassent
Le soir, de hardis cavaliers
Enfants, voici des bœufs qui passent
Cachez vos rouges tabliers
Le spectacle est foisonnant à l’image du sujet. On entend le Discours à l’assemblée nationale en 1848 « Il faudrait multiplier les écoles, les chaires, les bibliothèques, les musées, les théâtres, les librairies. » Et en 1849 « Je ne suis pas, messieurs, de ceux qui croient qu’on peut supprimer la souffrance en ce monde ; la souffrance est une loi divine ; mais je suis de ceux qui pensent et qui affirment qu’on peut détruire la misère. Remarquez-le bien, messieurs, je ne dis pas diminuer, amoindrir, limiter, circonscrire, je dis détruire. « On apprend que le matin , en exil, Victor Hugo se lève très tôt, avale trois œufs crus, une tasse de café noir et hop commence à travailler, debout, devant la fenêtre, regardant se lever et le soleil et son inspiration. Je retiens cet étonnant moment d’analyse stylistique du poème L’Expiation sur le désastre de la retraite de Russie, en 1813. Je dis analyse mais ce n’est pas cela du tout : Jacques Weber démonte le texte (ah ! le couplet sur le « e » muet )  pour que chacun de nous y soit là-bas, avec la neige, le ciel noir, la solitude, les pieds nus…  « Et, chacun se sentant mourir, on était seul. » C’est magnifique. Ah les enfants si vous aviez Weber comme prof …
C’est pas le tout ! Il va falloir s’y mettre et lire Hugo pour de bon. Depuis le temps que je me promets d’aller un peu plus loin que Océano nox récité, enfant, un soir dans ma chambre, fenêtre ouverte sur la nuit, larmes aux yeux, enivrée par les vers et surtout par ma voix les scandant … ; ou encore, calée entre trois oreillers sur le divan défoncé de la véranda, écoutant passionnément, cette fois mon grand père me lire  Les Misérables …

Sauf que je viens d’attaquer l’ascension de La Montagne magique de Thomas Mann …

Pour laisser un commentaire, cliquer sur le titre de l’article

Parcours de rêve !

Cela se passe dans le séduisant hôtel Le Ryad au coeur de la Canebière, à deux pas du Vieux-Port et pourtant niché dans un écrin de nature et de calme. Un cadre de rêve pour un week-end douceur ou un thé menthe dans le patio. Du rêves c’est encore ce  que nous propose  le Ryad –  qui accueille souvent des artistes –  ce dimanche 24 février avec le Parcours performance « Do not disturb ». Mettre un masque, pousser la porte de l’hôtel, choisir la clef qui ouvrira la première chambre à Rêves. Se laisser lors transporter par des personnages hors normes à travers les chambres de l’hôtel, dans un parcours onirique et sensoriel inspiré des rêves des client.e.s du Ryad… Diablement tentant.

J’ai donc tenté ! Cela vaut le détour, surtout si vous n’êtes pas comme moi dans une mise à distance frileuse ! En tout cas demandez « La lune », c’est sans doute la plus jolie des chambres (avec celle des parfums parait-il)  et la jeune comédienne asiatique qui interprète ce rêve est d’une  merveilleuse pla

Dimanche 24 février :
parcours à 15h00 et 18h00.
Du lundi 25 février au samedi 02 mars : parcours à 19h00 / Durée : 1h30
Tarif : 10 €. Déconseillé aux -16 ANS
Inscriptions : reservation.donotdisturb@gmail.coml
Hôtel Le Ryad – 16, rue Sénac de Meilhan, 13001 Marseille
Tél. : +33 (0)4 91 47 74 54
Website : www.leryad.fr
Plus d’infos sur le lien ci-dessou !

FestivalDoNotDisturb (4)

Pour laisser un commentaire sur n’importe quel article, cliquer sur le tître

Envie d’apprendre…

Je vous ai parlé il y a quelques longues semaines de l’Université populaire à Marseille. J’y reviens car c’est cadeau de pouvoir assouvir en toute liberté (c’est gratuit et sans inscription), notre belle soif de connaissances, combler des lacunes qui nous chiffonnent, approfondir des sujets qui nous passionnent..
Le prochain cycle est dédié au langage. Et cela commence très fort :
– Le 25 février : introduction à la sociolinguistiqe, le cas marseillais,  avec au pupitre Méderic Gasquet–Cyrus qui tient une chronique culte « Dîtes-le en marseillais » sur France Bleu : érudition, fantaisie et dérision chaque matin à 7h40, chroniques devenues un livre aux éditions Fioupélan.( Ecoutez-donc en podcast celle du 14 février, la saint Valentin : une irrésistible déclaration d’amour à Marseille). Mais ce bateleur de la radio est aussi et surtout , enseignant-chercheur en sciences du langage, maître de conférences en sociolinguistique à l’Université d’Aix-Marseille… Une séance qui promet d’être aussi instructive que gouleyante à la façon d’un vin !
Suite du programme en mars :
– Le 4 mars. Qui souhaite la mort des langues ? Ramdane Touati , attaché temporaire d’enseignement et de recherche, Aix Marseille, docteur sociologique et linguistique IREMAM, Département d’études moyen-orientales, Aix-en-Provence.
– Le 11 mars. Complexité des langues et du lexique : l’aide des technologies du langage dans l’apprentissage d’une langue étrangère. Nuria Gala, Enseignante-chercheur en Sciences du Langage, Directrice du Service Universitaire de Francais Langue Etrangère Aix-Marseille Université.
– Le 18 mars. Chomsky et la grammaire générative. Cristel Portes, Enseignant-chercheur, Laboratoire Parole et Langage Aix-Marseille Université;
– Le 25 mars. Aux origines gestuelles du langage : communication des primates et organisation cérébrale par imagerie IRM. Adrien Méguerditchian, Professeur en psychologie à l’Université Aix-Marseille Laboratoire de Psychologie Cognitive – CNRS / Université Aix- Marseille.
– Le 1er avril. Béatrice Nuselovici, enseignante chercheur, Aix Marseille université. Les influences de la littérature allemande
– Séance hors les murs à l’Alcazar le 30 mars . Robert Guédiguian : un homme une œuvre, Christophe Kantcheff , rédacteur en chef adjoint à l’hebdomadaire Politis.
Les conférences se déroulent à la Casa Consolat – 1 rue Consolat (en haut de la Canebière) ld lundi de 19h à 21h .
Contact : Jean Pierre Brundu Téléphone : 06 11 43 55 79 upop13@free.fr – hHp://upop.info/

Le pharaon de la mode

Le 20 février 2019. Scintillements sur la corniche à Marseille, comme des traces de strass…

 Sur Arte-tv (et ce vendredi 22 février sur votre écran télé), un très joli film de Loïc Prigent « Karl Lagerfeld se dessine ». Le « pharaon de la mode », le vieil enfant surdoué et insolent raconte sa vie-son œuvre un crayon à la main. Quel régal ! A la fin du documentaire à la question « Où aimeriez-vous être enterré ? », il s’exclame : « Enterré, quelle horreur ! Brûlé, jeté, fini . Il faut disparaitre. C’est fini : c’est fini (…) Comme dit Shelley, je crois, se réveiller du rêve de la vie et basta. » Anne-Sophie von Claer écrit : « Provocateur, ultrasensible, aussi cruel qu’attendrissant, rien ne l’ennuyait tant, en réalité que la bien-pensance ou le fatal manque d’esprit. Le sien, autant que son génie, aura marqué son temps. Le nôtre. A jamais. (Le Figaro 20 février)
Bien élitiste tout ça ? Ah mais ouiCela n’a pas empêché les femmes de se jeter en 2004  sur sa collection pour H et M envolée en quelques heures. Dans une autre vie je serai critique de mode. J’aime immodérément la mode et les mots de la mode : strass, satin, organza, brocart, velours, tulle, pampilles, paillettes…

Bravache !

Je suis une inconditionnelle d’Elisabeth Quin. La façon, apparemment désinvolte, pleine d’esprit, d’humour, d’empathie avec ses collaborateurs et ses invités,  mais de fait super structurée et rigoureuse, dont elle mène 28 minutes son émission du soir sur Arte me ravit. Elle a du panache c’est le mot qui vient (elle-même se qualifie de « bravache » !). Et qui lui convient quand on apprend qu’elle souffre d’un double glaucome avec des risques importants de cécité à venir. Aussi me suis-je emparée de son livre La nuit se lève (Grasset) avec un plaisir anticipé. Pas déçue. Ah non ! C’est, on s’en doute, un parcours de la combattante, l’avancée dans la découverte de la maladie et ses possibles antidotes. Elle ne s’épargne rien, ne se ménage pas : angoisse, fantasmes, larmes, rien, jusqu’aux poils sur son visage (pilosité excessive, « véloce », effet d’un collyre), évoquant des petits moments de « honte sociale » si elle sent un regard « gêné ou goguenard » qui la fixe. Elle y revient plusieurs fois tant ce détail est majeur, comme Philippe Lançon dans Le lambeau revenait sur la bave incontrôlable coulant sur son menton. Il faut beaucoup de courage, encore plus à une femme, pour ne pas occulter ça. Mais c’est le défi de tels livres : la vérité de la maladie. Vite vu, vite dit, mais dit. Alors seulement on peut prendre de la distance et raconter la quête souvent ubuesque de la guérison, de la solution parallèle qui fera sortir d’une quasi impasse thérapeutique. Les visites à l’ethnopsychiatre Tobie Nathan (je l’ai interviewé il y a des années ce diable d’homme, séduisant, exaspérant, passionnant – cf mon livre Avec toute mon admiration). Il faut négocier avec l’invisible, lui dit-il et il l’envoie à Lisieux (« Parce que Lisyeux »). Elle, la rationnelle, finit par céder et vouloir y croire de toutes ses forces et pleure dans la basilique, « submergée par l’autoapitoiement. » Rien. Le chaleureux chaman, Mahamane T, ne guérit pas non plus mais il console.  Quant à son compagnon, c’est un vrai piller,  mais qu’adviendra-t-il si elle devient aveugle…  Elle ne s’épargne pas dans les prédictions ni ne l’épargne.

Dans ce petit livre si dense, outre la narration des mythes et légendes sur la vue et l’expérience de grands non-voyants, et tant d’autres digressions,  on croise  l’élégante silhouette d’ Aldous Huxley : Elisabeth Quin  dévore L’art de voir (ce que j’ai fait étudiante quand, préparant un mémoire sur cet écrivain, j’espérais par la même occasion guérir ma myopie qui m’empêchait de frimer avec mes amoureux.) J’en ai déjà trop dit, je vous laisse découvrir la rage d’Elisabeth Quin envers certains mandarins sadiques, les « surmâles pressés », (il y a tous les autres en blouse blanche « dont la bonté vous fait monter les larmes » ), mais aussi, finalement, son choix d’une attitude, évitons le mot positive qui donne de l’urticaire, une attitude donc qui consiste à « pardonner à son corps  à tout ce qui s’autodétruit à l’intérieur de soi » – ce qui me semble un message important. « La vue devant soi, c’est fini Voir moins, vivre mieux ? Chiche. ». Le tout est porté par une écriture qui ressemble à son auteur  : précise, souvent fulgurante, fantasque et tendre. « (…) La scène se passe dans un orphelinat cambodgien : «  J’ai vu un bébé chétif au crâne comme un genou, se dresser dans un berceau, et ses grands yeux d’onyx me fixer, deux agates noires laquées par la rage de vivre, la colère d’avoir été abandonnée par ses parents, l’indignation d’être livrée aux mouches, aux vagissements permanents de ses congénères, à des soins trop rares. Aspirée par son regard, je suis allée vers ce bébé qui est devenu ma fille. Oona, née dans mes yeux. »
La nuit se lève, Elisabeth Quin Grasset

Des réseaux asociaux ?

Journaliste depuis de très longues années, exerçant mon métier avec toute la probité et l’exigence possibles, je suis tiraillée entre deux types d’informations en ce mi-février 2019. Premier focus : la précarisation des pigistes qui va s’accentuant – cela fait des années que je la dénonce mais les chauffeurs de taxi continuent à croire qu’on est riches… Déjà en 2001 Anne et Marine Rambach écrivaient un livre très documenté sur le sujet, Les intellos précaires (poche). Avec Ces cons de journalistes (éditions Max Milo), Olivier Goujon montre que la situation des journalistes et particulièrement des pigistes s’est encore fragilisée : disparition du reportage, prégnance de la communication, confusion de l’information et du divertissement, passage raté sur l’internet, illusion du gratuit, primat de l’urgence sur la vérification de l’info… (interview de l’auteur sur Mediapart). Sans parler d’un journalisme sans journalistes. La profession est sinistrée, constate Guillaume Erner commentant sur France Culture  le « plan de relance de L’Express ». Les Français achètent de moins en moins de journaux de journaux. L’info doit être gratuite – or ce qui est gratuit ne vaut rien, dit-il.
Deuxième focus, l’affaire de La ligue du LOL : publicitaires, communicants mais aussi journalistes se sont faits harceleurs sur les réseaux sociaux au début des années 2000.  Toujours sur France-culture, Guillaude Erner s’interroge : Pourquoi les réseaux sociaux sont-ils si accueillants pour les trolls ?  On peut disculper l’outil… avance-t-il. Avant d’argumenter le contraire. A savoir « le fond est une forme impure » (Valéry), la forme d’un message influe son fond. Autrement dit les réseaux sociaux sont propices aux messages haineux, minables, aux remarques de dingues qu’on n’oserait pas formuler dans le monde réel. Un coup d’œil sur Twitter, poursuit-il, est éloquent : la forme brève, la prééminence du virtuel, l’existence d’un certain type de vocabulaire et d’échange, le désir de trouver la formule qui tue (…) font que les réseaux sociaux sont finalement plus réseaux que sociaux.
J’ajoute ces quelques lignes  dont je ne retrouve pas la source : Sur internet, le harceleur n’est pas le témoin visuel des réactions de souffrance de sa victime. Cette absence de signaux visuels est un véritable facteur facilitant la violence et sa chronicisation. On se souvient ainsi que dans les travaux de recherche de Stanley Milgram, de l’Université de Yale, lorsqu’un individu devait administrer un choc électrique à une « victime », il administrait des chocs d’autant plus puissants qu’on l’empêchait de voir les réactions de sa victime ou qu’on atténuait l’intensité de ses cris. Je souscris, sauf que dans l’expérience Milgram, celui qui torturait entendait les cris de sa victime (jouée par un acteur) qui augmentait avec la puissance des décharges. Mais, c’est vrai, il ne la voyait pas.
Laurent Joffrin dans Libé – deux collaborateurs du journal sont impliqués dans La Ligue du LOL – ne dit pas autre chose : (…) (…) Cette culture du clash, de l’invective, de l’insulte permanente, de la parodie cruelle, de l’attaque au-dessous de la ceinture(…) (…) qui infecte les réseaux , et en particulier Twitter, souvent camouflés derrière des pseudonymes – une pratique contre laquelle peu d’intellectuels s’élèvent, la peur dirait-on de censurer la voix du peuple…

La démocratie serait-elle finalement et plus largement incompatible avec internet ? C’est la question que pose sur les mêmes ondes Marc Weizmann dans son Tour du monde des idées (7 février 2019) qu’on pourra écouter avec profit.