Proust enfin ! Janvier par Nietzsche et Marie Rouanet…

AtmoTsphere vous présente ses voeux  : tenez bon la barre !

photo DC

Ô vous  – c’était mon cas – qui n’avez jamais réussi à entrer dans La recherche du temps perdu ,malgré moult efforts et un désir incontestable, voici que s’ouvre une porte royale. Depuis le 10 novembre les acteurs de La Comédie française vous offre la lecture de Proust. Eh bien j’ai essayé et ça marche. Je suis dedans ! J’ai de plus en plus hâte hâte de retrouver Swann et les autres… Chaque séance dure l’équivalent d’une bonne séance de psychanalyse. Mais c’est gratuit et sans rendez-vous. Merci La Comédie française …

Sur un moteur de recherche tapez :
Comédie française, Proust et 1 ( puis la prochaine fois 2,3,4 etc)
cliquez ensuite sur  YouTube pour le replay. Ou bien Facebook pour le direct
Et c’est parti :
Longtemps je me suis couché de bonne heure

Le Gai Savoir de Nietzsche

Le voyageur contemplant une mer de nuages,.
Caspar David Friedrich

 

Sanctus Januarius – exergue au Livre quatrième (Saint Janvier est le patron de la ville de Naples) :
Toi qui d’une lance de flamme
De mon âme a brisé la glace
Et qui la chasses maintenant vers la mer écumante
De ses plus hauts espoirs :
Toujours plus clair et plus sain,
Libre dans une aimante contrainte :
Ainsi elle célèbre tes miracles,
Toi le plus beau mois de janvier !
Gênes, janvier 1882

 

Exergue suivi par l’aphorisme 276 :
Pour le Nouvel an (…) C’est le jour où chacun se permet d’exprimer son désir et sa pensée la plus chère : et, moi aussi, je vais dire ce qu’aujourd’hui je souhaite de moi-même et quelle est la pensée que, cette année, j’ai prise à coeur la première )- quelle est la pensée qui devra être dorénavant pour moi la raison, la garantie et la douceur de vivre ! Je veux appendre toujours davantage à considérer comme beau ce qu’il y a de nécessaire dans les choses : – ainsi je serai de ceux qui rendent belles les choses. Amor fati (…)
« Oh quel miracle que ce beau Janvier ! «  s’écrie aussi Nietzsche dans une lettre du 29 janvier 1882, le plus beau de sa vie, affirme-t-il. Il passe l’hiver à Gênes dont il tombe amoureux. Il écrit : « Le temps de ce dernier mois est le plus beau et le plus bienfaisant que j’ai jamais connu de ma vie entière – frais, pur, doux : combien d’heures ne me suis-je pas étendu sur la plage ! Combien de fois n’ai-je pas vu le soleil se coucher ! » Nietzsche avait toujours froid et poursuivait dans ses voyages chaleur et soleil … ce qui me le rend très proche ainsi que son amour de Gênes.  Pour le reste je débute… Vous pouvez lire en même temps que Le Gai savoir l’essai éclairant (mais pas facile) Le gai savoir de Nietzsche – Une manière divine de penser. Olivier Ponton. CNRS éditions.

Les Quatre temps du silence de  Marie Rouanet (Payot)
Une  merveilleuse écriture, un  roman de 1998 qui ressort, comme le reste, de mes cartons de déménagement et dont j’extrais ce texte daté du 2 janvier …
(…) une magie née de presque rien, d’un reste que tout autre eût mis à la poubelle, du rejeté, du négligé, faire de même pour la vie. A partir de la lumière qui rosit les pommes, de la glace du bassin épaisse qui sonne comme du cristal quand je la heurte avec un bâton et s’étoile sans se briser, de la couleur des courges qui brillent depuis les étagères dans l’ombre de la cave, d’Henri à qui j’ai raconté la visite de la genette et qui m’a dit qu’il lui était arrivé d’en voir quelquefois à l’extrémité de hautes branches, prenant le soleil comme des chats, de la succulente évidence d’un menu pourtant ordinaire : un bout de saucisse exactement grillé. (…)
« S’il y a urgence c’est de n’être point vide. Il faut vraiment habiter dans la « cella del suo corpo » et là, s’affronter. Je deviens un lieu où passe la mémoire en lambeaux de brouillard inachevés et confus. Ne laissez entrer que ce qui est traînée de lumière, ces moments qui n’ont rien de remarquable sinon leur unicité. Alors dans la maison fermée et silencieuse comme un sommeil, les choses ne sont que ce qu’elles sont. Le bassin n’évoque plus aucun souvenir brûlant. C’est miracle et conquête que rien n’occulte le présent, fait de son bruit cristallin, du rouge de l’osier, du saule prêt à bourgeonner, planté là comme un défi à l’eau.
Offrez-vous en poche son Petit traité romanesque de cuisine. Je vous promets bien du plaisir.

C’est tout pour aujourd’hui …
Ah non encore : exceptionnel  documentaire sur Chaplin, la Cinq

cliquez sur une branche pour vous rapprocher du séquoia

Cliquez sur le séquoia pour être plus près …

 

 

 

A Noël …

.A Noël on donne…  Je vous suggère deux causes qui le méritent.
Des livres dans un tuk tuk. La première au Cambodge, pays que je connais bien ( mon livre Tourments et merveilles en pays khmer, Dane Cuypers, Actes Sud) et que j’ai délaissé ces trois dernières années. Mais quand j’ai vu le mot Ratanakiri sur l’envoi du Sipar je n’ai pas résisté. Le Ratanakiri ,c’est une des régions les plus pauvres à l’est du pays, avec un taux d’illettrisme pouvant atteindre 90%, l’une des plus belles régions aussi. J’ai encore en mémoire des femmes au fier regard, cheveux très courts, enfants sur le dos et parfois pipe à la bouche, à qui j’ai acheté un tissu de leur travail, tissu qui vous transforme n’importe quel banal fauteuil en siège royal.
Quant au Sipar j’ai suivi là-bas cette association qui s’est donné pour objectif de promouvoir la lecture et elle y parvient – j’ai vu des petits Khmers lire assis par terre, donnant, par delà la misère, libre cours à leur imaginaire.
La demande du Sipar ces quelques jours avant Noël est d’offrir un Biblio-tuk tuk à plus de mille enfants pour remplacer un biblio-moto devenu trop exigu. Le tuk tuk transportera plus de 1500 livres, le bibliothécaire et l’assistant .
Vous pouvez soutenir leur campagne de Crowfunding pour collecter 10 000 euros et faire de ce projet une réalité. Plus d’infos ICI
L’enfer en mer. La nôtre, la Méditerranée. Parce que, quelle que soit son opinion sur l’immigration,  on ne peut pas supporter que des êtres humains se noient dans une souffrance, une peur qu’on n’ose à peine imaginer, à laquelle il ne faut pas s’habituer. Il est alors  évident qu’il faut soutenir ceux qui en ont fait leur combat : c’est le cas de SOS  Méditerranée. J’ai donc choisi de relayer sur mon blog leur dernier appel.

La semaine dernière, au moins 100 personnes sont mortes noyées en moins de 72 heures au cours de quatre naufrages distincts, loin des regards. Pour les personnes en détresse, les navires de sauvetage humanitaires sont l’un des seuls espoirs. Depuis le 22 juillet, leurs équipes travaillent sans relâche pour libérer l’Ocean Viking : mise en place d’aménagements pour répondre aux exigences des autorités italiennes qui détiennent le navire : par exemple le remplacement des radeaux de survie par huit radeaux plus grands, d’une capacité de cent personnes chacun.
Sur le lien,  la parole de Mary, marin-sauveteur depuis 2016. « L’association a été une lueur d’espoir pour des milliers de personnes qui ne savaient pas si elles allaient vivre ou mourir en pleine mer. Ces visages de soulagement sont gravés à jamais dans mon esprit … »
Et des témoignages de mineurs dans un dossier »Jeunesse naufragée »
James, 22 ans, dont le rêve est d’aller à l’école. Extrait :
« La gentillesse n’existe pas en Libye. Je recevais des coups de poing ou des coups de bâton. Tout le monde possède une arme là-bas, même les enfants. Il y avait des coups de feu. C’était horrible ». Tout à fait par hasard, il entend parler de bateaux qui partent de Libye.  » Je leur ai demandé de m’emmener. Je ne savais même pas où était la plage et quel genre de bateaux ils avaient. Je ne sais pas nager, mais je voulais seulement quitter ce pays abominable  » . Un matin de septembre, il rejoint deux groupes qui doivent rester sur la plage, quelque part au nord-est de Tripoli.  » Nous nous sommes cachés dans le sable pendant quatre jours. Une nuit, des hommes sont arrivés avec des armes et nous ont forcés à monter sur ces bateaux pneumatiques. On était morts de peur mais pas moyen de faire marche arrière, en plus je ne voulais pas rebrousser chemin. « A 10h du soir l’embarcation quitte la plage, direction le grand large, avec des bidons de 20 litres de carburant. Ce bateau de fortune bondé est équipé d’un petit moteur et dérive lentement vers le nord. L’Aquarius repère l’embarcation en détresse vers 7 h dimanche matin. Tous seront secourus au cours d’une opération de sauvetage qui durera six  heures.
Pour plus d’infos et donner c’est ICI
Poème de Marilou, 14 ans, sur le mode d’un poème de Charlotte Delbo
Ô vous qui savez
saviez-vous que l’on part poussé par la faim, la pauvreté, la guerre…
Ô vous qui savez
saviez-vous que l’espoir d’une vie meilleure va virer au calvaire sur la longue route épuisante et violente
du chemin de l’exil
Ô vous qui savez
saviez-vous qu’on s’en remet à des passeurs sans scrupule qui nous font miroiter un rêve inaccessible
Ô vous qui savez
saviez-vous que l’on est ces ombres entassées sur des canots de fortune dans une longue nuit sans lumière
Ô vous qui savez
saviez-vous qu’on peut voir nos voisins de traversée avalés par la mer boueuse de cadavres
qu’une mère doit rester silencieuse devant le corps de son fils balancé par-dessus bord
Saviez-vous que nos larmes sont plus fortes que les vagues
notre patience plus puissante que la tempête
Saviez-vous que la volonté de réussir est notre seul bagage dans ce parcours en enfer dont
beaucoup ne reviennent pas
Le saviez-vous
Vous qui savez.Dernière heure : L’Océan Viking est enfin libre de poursuive sa mission. En ce début d’hiver, leur présence sur la mer est plus que jamais indispensable et a plus que jamais besoin de vos dons.

Le Mucem en ligne …

Oui je sais, les propositions de se cultiver sur son canapé si nombreuses que la fatigue nous prend et que, finalement, on zappe pour aller faire un gâteau aux petits suisses –  j’en ai 12 dans mon frigo périmés demain et il y a sûrement une recette sur internet…  Cela dit je vous encourage à rejoindre le site du Mucem à Marseille.  Evidemment ça ne vaut pas la déambulation les pieds sur terre mais cela reviendra allez ! et en attendant voici  des photos, videos, interviews des commissaires…  sur des expos bien intéressantes. Par exemple :

Folklore .D’un bocal de noyaux de cerise à une porte de ferme monumentale roumaine en bois, les curiosités ne manquent pas pour montrer en quoi les folkloristes ont redécouvert, modelé, occulté, falsifié le passé comme le présent, et nourri des oeuves de fiction. La porte roumaine dialogue ainsi parfaitement avec la sculpture Maiastra de Brancusi.  Ou bien un oiseau de bois sculpté et peint qui a appartenu à Kandinsky prend  une autre dimension, rapproché de son tableau abstrait,  Ovale 2 , de 1925.

Trop mignon. Sortis des collections du musée,  des objets  trop  mimi, dont ce Voyage en gondole  de Benjamin Rabier,  celui qui a inventé en 1921 l’image de La Vache qui rit. Je suis une inconditionnelle de ce fromage qui n’en est pas vraiment un, mais une valeur sûre c’est sûr !

Le grand Mezzé. Ou le savoir-faire culinaire traditionnel de la Méditerranée. J’apprends que le régime crétois est inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité …

L’Orient sonore, passionnant, pour simples curieux comme vrais connaisseurs,  l’exposition « L’Orient sonore  » donne à voir et  à entendre l’histoire des traditions musicales arabes menacées et de leur sauvegarde. Des maisons de disques d’hier aux vidéos d’aujourd’hui, elle nous mène à la redécouverte d’un patrimoine oublié. Le dispositif est diablement efficace. Vous êtes comme devant un juke-box et vous lancez ce qui vous attire. Etant tout à  fait ignorante en la matière, j’ai fonctionné sur les titres dont certains sont irrésistibles : J‘ai aimé une beauté qui m’a refusé ! Mon temps est passé… Ou Que c’est bien la joie, par Houcine Slaoui, un des grands noms de la chanson marocaine lit-on  A chaque chanson correspondent en effet quelques lignes qui vous informent sur l’auteur et/ou l’interprète. Super !
C’est ICI
De plus, démarre cette semaine une série de podscasts culturels (sur toutes les plateformes) en offrant en cette fin d’année 2020 deux collections :
Algérie-France, la voix des objets , un podcast en 4 saisons de 16 épisodes au total. Un cycle de  sur les relations qu’entretiennent depuis près de deux siècles la France et l’Algérie, mais aussi leurs échos dans la vie actuelle de chacun des deux pays. S’appuyant sur le fonds d’objets conservés au Mucem, chercheurs et artistes croisent leurs regards sur ce patrimoine, et questionnent les enjeux d’une telle collection.
Passerelles sonores, autour de l’exposition  L’Orient sonore, ce podcast propose en 4 épisodes d’écouter le regard que portent les différentes générations à Marseille sur le patrimoine des musiques de l’exil. A écouter sur votre plateforme favorite.
Et AUSSI, sachez-le, les Jardins du Fort Saint-Jean sont ouverts (entrée par la passerelle)  tous les jours de 9h à 17 h : ne vous refusez pas, si vous le pouvez, cet oasis d’oxygène et de calme.

Nouvel épisode de La clé de la voix avec la chanteuse Norig. Un régal.
Sur les plateformes d’écoute  : Itunes / Apple Podcast / Spotify / Google Podcast / Podcast Addict / Stitcher / Deezer  / You Tube

Bémol sur les joies d’internet. Je n’en peux plus de voir ça : Accepter et fermer. Je traduis : Acceptez et fermez-la ! Je sature aussi sur les pétitions à signer. Nombre d’entre elles sont louables et utiles et  j’en signe parfois quand je connais assez le sujet. Mais c’est l’inflation et cela me conduit pour ma part  à un certain autisme . La dernière ce matin sur change.org, fort respectable le au demeurant, me propose de prendre fait et cause pour 15 cerfs de Virginie menacés de mort parce que en surpopulation. C’est sympa les cerfs mais voilà,  je trouve gagesque d’apposer ma signature pour sauver des cerfs  depuis Marseille. D’accord ? Pas d’accord ? Laissez un commentaire.

 

 

La clé de la voix …

La Clé de la voix est un podcast qui vous aide à améliorer votre voix. Clémentine Coppolani  chanteuse, coach vocal et formatrice depuis 2008 en est la créatrice. J’ai été plusieurs fois chez elle travailler et je suis repartie  sur un petit nuage vocal et moral…
En rééducation après un accident,  Clémentine n’a pu reprendre son métier qu’elle exerce depuis 12 ans mais elle a trouvé un chemin de traverse  pour continuer à transmettre sa passion du chant, pour nous aider à révéler notre voix. Elle a eu l’idée de recevoir des invités  pour leur demander de raconter l’aventure de leur voix, comment ils l’ont découverte, la façon dont ils la travaillent, les conseils qu’ils peuvent donner à des professionnels, mais aussi à des gens comme vous et moi qui ont ce désir de s’exprimer par le chant. Au programme : astuces,  anecdotes sur la voix,  le trac, la scène, la carrière d’artiste…

Son premier entretien avec la chanteuse de jazz Sarah Lancmann s’écoute avec beaucoup de plaisir. Celle-ci est de toute évidence heureuse de partager son histoire qui commence à 8 ans quand on lui découvre des nodules sur les cordes vocales ! Mais depuis  la jeune femme  a trouvé sa voix  qui coule comme l’eau vive d’une rivière (c’est sans doute la chanson du film L’eau vive qui m’est venue). Elle nous donne ses trucs sur son échauffement, et en l’occurence boire beaucoup d’eau,  chanter dans sa salle de bains où ça résonne bien, nous recommande un site ou bien la Tisane des chanteurs ( chez le  Père Blaise pour les Marseillais), souligne l’importance du corps et des émotions … En bien sûr on écoute deux extraits de son dernier album Parisiennes dont une interprétation de L’hymne à l’amour de Piaf ou
comment se servir de la lecture pour s’approprier une chanson.

Tout cela sur les plateformes d’écoute  : Itunes / Apple Podcast / Spotify / Google Podcast / Podcast Addict / Stitcher / Deezer  / You Tube
On peut aussi  commander un  kit de souffle  ou  avoir des conseils personnalisés d’après un enregistrement audio ou vidéo sur le site La Clé De La Voix. Et c’est l’ occasion de découvrir la magnifique chanteuse corse  qu’est  Clémentine Coppolani

Prochain épisode en ligne mercredi 9 décembre : le lien privilégié de Sarah Lancmann avec le public japonais, ses conseils, ses remèdes pour chanter lorsque l’on est malade, la méditation pour être ancrée avant de monter sur scène…

 

 

 

 

 

 

Plaisirs …

avec  :

le site littéraire de Michel Volkovitch : érudit, joyeux, débordant d’infos, un peu foutraque – ça ajoute au charme,. Il a beaucoup aimé Yoga d’Emmanuel Carrère. Moi aussi. J’en profite paresseusement et  le laisse vous en parler.
volkovitch.com

un excellent documentaire sur Arte tv,  L’aventure de l’écriture. Regardez avec vos enfants et proposez leur ensuite, munis de quelques pistes et mots-clés, d’inventer un récit d’aventure (textes et dessins) qui se passe en Egypte ou en Mésopotamie à cette époque. Je l’ai fait il y a belle lurette avec des gamins d’un « centre aéré ». Formidable.

Les chemins de la philosophie d’Adèle van Reeth sur  France Culture : découvrez, peut-être, comme moi,  dans les podcasts de l’émission  la langue merveilleuse de Gaston  Bachelard. La façon dont il évoque les mirabelles … c’est bel et bon.

 

D’accord ou pas ?

La Revue des deux mondes de décembre 2020 propose le dossier :  Contre la bien-pensance des intellectuels, George Orwell plus actuel que jamais.
Extrait  de l »édito de Valérie Toranian :
Désormais, la vérité n’est plus qu’alternative, la novlangue triomphe
partout, notamment dans l’écriture inclusive, illisible, qui creuse encore plus le fossé entre les élites et les classes populaires. L’appauvrissement de l’enseignement de la langue a été théorisé par les pédagogues de la rue de Grenelle depuis quarante ans. « Ne voyez-vous pas que le véritable but de la novlangue est de restreindre les limites de la pensée   », s’inquiétait Orwell dans 1984. Jean-Michel Blanquer aura fort à faire pour persuader son « mammouth » de remonter la pente constructiviste qui a abouti au score désastreux des petits Français dans les classements internationaux. De nos jours, deux et deux font rarement quatre, l’évolution et la raison sont évacuées de l’enseignement sous la pression d’islamistes qui vénèrent un ordre religieux totalitaire. Comble de l’indécence,
A lire pour réagir : d’accord ou pas ? Et laisser votre commentaire en cliquant sur le titre.  Une occasion aussi de  savoir si besoin  ce qu’est cette fameuse et un peu nébuleuse , à mes yeux, « common decency ».
En lire plus

autoportrait nébuleux … DC

Dimanche de semi-confinement sur l’esplanade du Mucem

 

 

 

Reflet .  DC

Trump en chansons …

INSUPPORTABLE ! UNBEARABLE ! était notre gimmick lors de nos conversations à New York dans un petit café au 71 Irving Place, à deux pas d’Union Square. C’est là que nous nous étions rencontrés Steve Radlauer et moi pour des breakfasts à nul autre pareil et nous avions convenus de nous voir pour improve, qui son français, qui son anglais. Tous les matin je rédigeais là un roman et je me sentais une écrivaine  à New York, ce qui me mettait dans un état d’excitation avancé !  Nous sommes restés en lien et j’ai reçu récemment par mail les 12 rock’n roll songs qu’il a écrites et interprétées dans sa chambre pour dire son dégoût de Trump, the plague, dit-il, la peste. Il ajoute que son chant est INSUPPORTABLE … Je ne crois pas ! même s’il n’est pas Sinatra. En tout cas c’est un témoignage musclé de la désolation des Américains qui viennent d’élire Biden d’avoir été affligé d’un tel président. En lien les chansons et en fichier les paroles – bonne occasion de travailler votre américain.
click !
ou
click2
Lyrics — Trump Songs — Steve Radlauer   paroles
Steve Radlauer est écrivain-journaliste. Il m’avait offert un de ses livres The historic shops and restaurants of New York : a guide to century-old establishments in the city. Epatant pour découvrir la ville autrement. Citons aussi Monsters of the Ivy League avec Ellis Weiner et Randy Jones sur les huit universités américaines les plus convoitées d’où sortent des leaders politiques et des géants économiques, mais aussi selon les auteurs des assassins, des pédophiles, des marchands d’esclaves …

New York fut pour moi un choc formidable. Comme pour beaucoup. Comme pour Simone de Beauvoir quand elle y atterrit, ou pour Philippe Sollers qui écrivit : « La ville, oui, est splendide, plaisirs verticaux, ponts, pontons, taxis immédiats, zigzagants, bonne musique de nuit, respiration large (…). J’ai des souvenirs de vitres partout, de joies transparentes, filtres bleus et verts, signaux légers de l’acier ».

New York et ses bancs essaimés un peu partout. Vous avez remarqué l’importance des  bancs, et plus encore quand les bistros ont tiré le rideau – oui je sais je l’ai déjà noté sur ce blog. Et j’avais aussi applaudi à la générosité « bancaire » à Tbilissi, vrai lieu de rencontres pour les Géorgiens. Il n’y en pas du tout assez à Marseille.

Et quand il y en a, ils sont trop souvent pris pour une poubelle. UNBEARABLE.

 

Privilège

Mucem le 11 novembre. Seule. La mer immense devant moi. Grande sensation enivrante de liberté . Privilège. Il se trouve que j’ai dans mon sac Surveiller et punir de Foucault. Et je pense aux prisonniers – une de mes terreurs enfantines, être en prison.  Et je pense aussi à ceux qui étouffent dans un trop petit logement pour le confinement.

Albert Cohen à Marseille : la naissance d’un écrivain

Tous les Marseillais, loin de là,  ne savent pas qu’Albert Cohen habita leur ville. Il avait cinq  ans quand il mit les pieds sur le Vieux-Port, ses parents ayant décidé de quitter la belle Corfou où l’atmosphère et les affaires se dégradaient. Il y restera jusqu’à ses 19 ans. C’est ici qu’il tomba amoureux de la langue française, c’est ici aussi qu’il découvrit la haine par la bouche  d’un camelot, c’est donc là que  son écriture et sa volonté de la consacrer à l’épopée de son peuple prirent racine.  Dans le cadre de L’invitation au voyage (Arte), le film de Renaud Cohen, avec Emmanuel Descombes à l’image,  Marseille, mère méditerranéenne d’Albert Cohen, parvient – en un quart d’heure c’est une prouesse – à nous faire vivre cette histoire. Sans oublier, le titre en atteste,  l’importance de la mère dans la construction du formidable écrivain qu’est l’auteur de Belle du seigneur.
J’y interviens…

Marseille, résume Jacques Gaillard, la ville de la mère, la ville de l’antisémitisme et la ville de l’ami. Si après ces 14 minutes, vous avez envie d’en savoir plus, mon livre vous attend  prêt à être clické et collecté : Albert Cohen , Marcel Pagnol, une amitié solaire, éditions de Fallois. Et si vous n’avez jamais lu Cohen, c’est le moment de commander Le Livre de ma mère ou Solal par exemple.

voir le film
Si le clic ci-dessus ne fonctionne pas, voici le lien à copier-coller
Invitation au voyage – Marseille / République dominicaine / West Hollywood – Regarder le documentaire complet | ARTE
et encore  :  à la télé sur Arte le 11 novembre à 16h30, le 12 novembre à 8h45 ou Arte tv pendant un bon moment.

 

 

De bons liens …

.

Colette Renard nous a fait vibrer, elle nous a fait rire, nous a fait pleurer…
Elle nous a quittés le 6 octobre 2010 après une brillante carrière internationale de chanteuse, suivie de nombreuses interprétations au théâtre, au cinéma et à la télévision avec « Plus belle la vie ». Charlotte qui  partage avec elle  cette gouaille et cette tendresse  a  décidé de lui rendre hommage avec un tour de chant le 6 octobre à 21h30 au KIBELE, 12 rue de l’Echiquier, Métro Bonne Nouvelle.

L’entrée est libre,  chapeau à la fin. Consommation  requise; possibilité de dîner sur place avant ou après le spectacle de savoureux plats tuco-kurdes (0148245774)

De Bruno Pfeiffer dont il faut suivre pour leur qualité et leur sensibilité ses critiques blues et  jazz sur son blog, voici une interview de la si jolie môme Gréco, dont il dit qu’elle fut sa meilleure interview … ah Juliette, tu n’es pas près de sortir de nos têtes

http://jazz.blogs.liberation.fr/2009/08/05/juliette-greco-a-donne-le-2-juillet-aux-francofolies-de-montreal-un-concert-de-legende-accompagnee-au-pianode-gerard-j/
Très bel Hommage sur France Culture.  »  Trois petites notes de musique »  et on est parti…

L’écrivain irlandais Colum McCan éblouissant à propos de son dernier livre Apeirogon sur France Culture, (25 février 2020) . Ecoutez-le et et vous saurez ce que ce mot et ce qui agit vraiment un écrivain signifient. Je ne l’ai pas encore lu mais j’en meurs d’envie. En attendant  je vous envoie sur une belle critique des Echos
https://www.lesechos.fr/weekend/livres-expositions/apeirogon-le-livre-de-paix-de-colum-mccann-1240117

Epatant papier  sur le savon de Marseille en ces temps covidés où le petit café au soleil est interdit. Francis Ponge n’aurait pas manqué d’en faire l’éloge. C’est que rien n’est plus précieux que ce grand cube doré ou vert fleurant bon l’huile d’olive qu’il est bon d’avoir sur la table où l’on écrit, à côté d’une grosse pigne, pour en savourer l’odeur, tâter la consistance, caresser les lettres SAVON de MARSEILLE en rêvant au Vieux Port où débarquèrent, il y a longtemps, les Phocéens. La suite sur :

Eloge du savon

Sur Artetv, un passionnant reportage sur l’industrie pharmaceutique :  Big Pharma. Accablant pour Sanofi. Surtout si vous n’êtes pas d’accord ( comme dirait le magazine CAUSEUR),  laissez votre commentaire en cliquant tout en haut sur le titre « De bons liens ».

Chic ! un atelier d’écriture politiquement incorrect… organisé par La Plume et l’Image.
Son thème  : l’écriture sale. « Pour gratter la couche protectrice des paroles bienséantes. Une écriture à fleur de peau, loin de toute convention » commente l’animateur Jean-Paul Garagnon. Un atelier conçu autour du spectacle Mount Average, performance multimédia par Julien Hetzel.
Jeudi 8 octobre de 18h30 à 20h30
Théâtre de La Criée, Studio du port, accès par l’entrée des artistes,
30 quai de Rive-Neuve, 13007 Marseille
Inscriptions : contact@laplumeetlimage.fr  ✆ 06 10 69 15 92 – Tarif 14, 12 ou 10

Passions, un stage de chants traditionnels italiens, pour explorer le répertoire des chants de procession présents dans toute la Péninsule… Et ouvrir la voix à toutes nos passions chantantes. Troisième stage à Marseille proposé par Eléonore Bovon, spécialiste de ce répertoire pour l’avoir longuement étudié et pratiqué sous la direction de Giovanna Marini,et au sein du quatuor vocal Sanacoreau. Ouvert à toute personne passionnée, quel que soit son parcours musical ou vocal. Le travail est basé sur l’écoute, la créativité, la présence, la rigueur, la mémoire, et le plaisir de chanter ensemble, selon les règles de la transmission orale, par la répétition et l’imitation.
Théâtre du Centaure. 2, rue Marguerite de Provence – 13009 Marseille https://www.theatreducentaure.com
du 22 au 25 octobre 2020
Jeudi 22 octobre de 18h30 à 21h00
Vendredi 23 octobre de 18h30 à 21h00
Samedi 24 octobre de 14h à 17h
Dimanche 25 octobre de 10h à 13h
Renseignements : 06 83 55 67 65
eleonorebovon@gmail.com

Marcel et Jacqueline Pagnol

Ce matin 2 octobre, l’article de Patrick Mandon  dans Causeur sur mon livre Albert Cohen-Marcel Pagnol : une amitié solaire. Ed de Fallois, en ligne. Juste un clic.

 

 

 

Sans lien – du tout !
Dans un café (avant la fermeture), un couple change de place parce qu’un gros chien, sympathique au demeurant, vient tourner tout près de leur table.  Le propriétaire s’exclame:   »  Va donc, mon chien , il est plus propre que ton trou du cul ! »  Apparemment, en ces temps de défense légitime de la cause animale, on n’a plus le droit de ne pas avoir envie de partager son croissant avec un chien…