La déferlante Houellebecq !

De la folie. Avec son septième roman Sérotonine, l’auteur est carrément en odeur de sainteté. Tous ou presque, de Jean Birnbaum, Le monde des livres, à Bernard Pivot, des références pour moi à la fois de bon sens et de finesse, sont en pâmoison. Pour le premier « Houellebecq nous aime et nous comprend. » Pour le second c’est le « roman de la liberté ». Il est qualifié « d’auteur suprême » dans Livres Hebdo. On lui doit « gratitude et admiration «, c’est un « visionnaire, un prophète », « l’auteur qui sublime notre vulgarité » … Ce livre apparemment désespérant (comme souvent chez cet auteur, qui rappelons-le s’est fendu récemment d’un éloge de Trump), en l’occurrence un homme marche vers son suicide, devient sous la plume des critiques un chant d’espoir, une litanie d’amour…

Marc Weizmann, qui signe désormais sur France Culture une chronique Signes des temps, s’énerve un peu et parle « d’un aveuglement total d’une presse qui se dope à ses propres mots » et « d’hypnose collective. » Selon lui un tel engouement est du au fait que l’écrivain tient le discours de « ressentiment » que tout le monde a envie d’entendre : ah ouf ! on se sent moins seul. Antoine Compagnon, quant à lui, dans le même Monde des livres du 4 janvier est féroce. Et très argumenté (contrairement aux complimenteurs). Houellebecq est facile à lire, explique-t-il, sa narration au fil des livres s’est simplifiée, ici avec un protagoniste central et des partenaires qui se succèdent sans jamais se croiser : « ils tiennent leur partie pendant quelques pages et puis s’en vont. » Le professeur au Collège de France écrit :  La langue, plate et instrumentale, aide aussi à la lecture (et aux ventes) (…) Le nivellement du récit est voulu, le rabaissement de la langue fait partie du business plan, les écarts de style sont calculés. Ils amplifient l’effet de sinistrose et d’anomie, comme les vannes de potache, les gaudrioles de carabin et les franchouillardises de beauf juxtaposées aux maximes à la Rochefoucauld.

Je ne l’ai pas lu mais je ne suis pas sûre que je vais justifier les 320 000 exemplaires de lancement… L’auteur le plus lu dans le monde peut se passer de moi. A vous dire la vérité, j’ai très envie de le lire mais j’attendrai qu’on me l’offre.

C’est Marseille !

Le diable Mistral. Quand il fait du mistral c’est juste le contraire d’un doux pays ici, car le mistral est d’un agaçant. Mais quelle revanche, quelle revanche , lorsqu’il y a un jour sans vent. Quelle intensité des couleurs , quel air pur, quelle vibration sereine. (…) Malheureusement à côté du soleil bon Dieu, il y a trois quarts du temps le diable mistral. Ce sacré mistral est bien gênant pour faire des touches qui se tiennent et s’enlacent bien avec sentiment. (…). Ceci écrit un jour sans mistral –  comme, m’est avis, vous l’avez tous noté – est extrait d’un livre exquis Lettres de Provence de Vincent Van Gogh, éditions Aubéron 2010. Acheté (2 euros) à un bouquiniste à l’angle de la Canebière et du boulevard Dugommier à Marseille. Jamais rien lu d’aussi beau sur les couleurs du midi que van Gogh tente de mettre sur sa toile.

Un peu de courage ! Oui se prendre par la main pour aller donner notre avis avant le 4 mars sur le PLUI (Plan local d’urbanisme intercommunal). Françoise Verna dans son édito de La Marseillaise du 14 janvier le dit ainsi : « Les Marseillais et les habitants des 17 autres communes concernées seraient bien inspirées de participer en nombre à cette enquête publique et faire entendre leur aspiration pour le droit à la ville. » https//www.registrenumerique.fr/plui-pda-marseille.provence. Ou se rendre à sa mairie .

 Amoureux mais pas trop. Il est drôle, en tout cas pour moi qui ne suis marseillaise que depuis bientôt trois ans, ce « Petit dictionnaire (modérément) amoureux de Marseille », signé Hugues Serraf, illustrations de Jean-Michel Ucciani, paru chez Gaussen. Parfois même très drôle. Parfois un peu moins mais c’est un dico, on saute et on s’arrête par exemple – sans attendre ! – à « BUS »
 Les bus marseillais sont peu fréquents, ne respectent pas les horaires, (ils sont d’ailleurs aussi souvent en avance qu’en retard, ce qui n’est pas non plus un atout à l’usage), ne marquent pas nécessairement tous les arrêts et se pilotent comme des petites voitures sportives à boîte mécanique. De rares abribus on été équipés de systèmes d’affichage des temps d’attente qui, lorsqu’ils ne sont pas en panne, fournissent des informations tellement fantaisistes qu’on ne saurait leur prêter attention. Sur la plupart des lignes, le service s’interrompt aux alentours de vingt heures. Celui de la poignée de « lignes nocturnes » en prenant alors le relais se termine vers minuit. De jour comme de nuit, le paiement est facultatif.  Il y aurait encore beaucoup à dire en ce qui me concerne sur l’outrecuidance de la RTM qui ne répond pas à votre demande de dédommagement pour incident grave et affirme ne jamais avoir reçu votre lettre recommandée alors que vous avez entre les mains l’accusé réception. Et finalement vous écrit une lettre dénuée de sens signée d’un gribouillis, sans traduction, sous l’intitulé « Service Sinistrosité »…
J’ai aussi beaucoup aimé l’entrée « C’EST MARSEILLE » : Expression d’usage fréquent, simultanément fataliste et indulgente, servant de réponse aux interrogations sur les particularismes locaux quels qu’ils soient : – Mais enfin pourquoi… ? – C’est Marseille ! ». Pas mal non plus le « TOMETTES » : Petits carreaux de terre cuite et de forme hexagonale, généralement rouges, utilisés pour le revêtement des sols des appartements anciens et suscitant l’admiration systématique et clairement surjouée des visiteurs : « Oh, des tomettes, incroyable ! » J’en avais moi-même, je les ai virées pour les remplacer par du parquet flottant de chez Leroy-Merlin. Je sais, je ne respecte rien.

Et même si tu revenais
Je crois bien
que ce jour-là j’ai poney
Petite Poissone

Lu sur la vitrine de la jolie boutique de créateurs Casablanca  Cours Julien
et adoré !
Renseignements pris Petite Poissone a un site :
https://petitepoissone.com/

Styles de vie. Vous êtes libre vendredi matin, le 18 janvier ?   L’Imera vous accueille pour une conférence d’un cycle de recherche   « Styles de vie en Méditerranée » –  1ère séance : Styles de vie et questions urbaines. Le cycle, dirigé par Dionigi Albera (Idemec), Thierry Fabre (Iméra) et Mohamed Tozy, sciences politiques à l’université Hassan II de Casablanca (Maroc) et à l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence, est ouvert au public.
Invités :
Thierry Paquot, philosophe et urbaniste, auteur notamment de « Un philosophe en ville » (Infolio, 2011, réed augmentée, 2016) ; « Désastres urbains. Les villes meurent aussi. » La Découverte, 2015.
Olivier Mongin, philosophe, ancien directeur de la rédaction de la revue Esprit, et directeur de la publication de Tous urbains. Il est notamment l’auteur de « La condition urbaine », Seuil, 2005 ; « La ville des flux : l’envers et l’endroit de la mondialisation urbaine » Fayard, 2013.
Discutant :
Michel Péraldi, anthropologue de l’urbain. Il est notamment l’auteur de « Gouverner Marseille », avec Michel Samson, La Découverte, 2005 ; et de « Marrakech ou le souk des possibles », La Découverte, 2018.
Le thème : à la recherche d’un style de vie, à la méditerranéenne, à travers les formes urbaines et architecturales, à partir des rythmes de vie, du rapport au temps et à l’espace dans les villes méditerranéennes, là où s’invente un possible art de flâner.
Cela pourrait bien être tout à fait passionnant…
10h – 13h à l’IMéRA Institut d’Études Avancées – 2, Place Le Verrier – 13004 Marseille. Entrée libre.

Champagne !

Les vers de Molière, des comédiens divins, une mise en scène pétillante. Du champagne !

Trissotin ou les Femmes savantes, satire de la préciosité ridicule, comédie de mœurs sur les excès du bel esprit… j’y allais sans vrai élan, pour voir, après des années de rejet plus ou moins involontaire, du «  classique ». Je redécouvre la jouissance des alexandrins, je redécouvre la pétulance, l’intelligence, la drôlerie d’un grand texte. Je redécouvre aussi que Molière est dans cette pièce vraiment misogyne quoi qu’on en dise, à commencer par Macha Makeïeff elle même. Mais quelle importance ! Ce que la patronne de La Criée à Marseille réussit c’est à nous offrir une soirée de théâtre pur. Son choix des années 70 pour les décors et les costumes – ces années étant celles d’après 1968 où l’émancipation féminine prenait des formes hallucinées venues des Etats-Unis – lui a inspiré des costumes, un décor, une mise en scène trépidante et fluide pourtant, des effets pyrotechniques époustouflants ( Jean Bellorini) et une direction d’acteurs aux petits oignons. Ils nous embarquent sans nous laisser reprendre notre souffle. Tous ! Quelle vitalité, quelle allégresse … Les mines, les mimiques, la gestuelle, le phrasé… Marie-Armelle Deguy, qui joue Philaminte, la mère toute puissante et déjantée, est irrésistible, une inventivité inouïe dans son jeu ; quant à son époux Vincent Winterhalter qui interprète Chrysale, il nous donne le même plaisir, versant opposé : inquiétudes, tergiversations, faiblesse, sont rendues à merveille par ses tics, son débit, toute la mollesse qui l’habite. Et Louise Rebillaud, la servante, qu’elle est craquante ! Et les deux amoureux ! Tous on vous dit.
Offrez-vous cette soirée-là  et n’hésitez pas à emmener votre progéniture : à côté de moi, une petite fille de six ou sept ans pouffait sans retenue.
Avec Anne-Marie Deguy, Vincent Winterhalter, Geoffroy Rondeau,Philippe Fenwick, Caroline Espargilière, Vanessa Fonte, Jeanne-Marie Levy, Arthur Igual, Ivan Ludlow, Pascal Ternisien, Louise Rebillaud, Bertrand Poncet, Valentin Johner.
Trissotin ou Les Femmes Savantes. Jusqu’au 20 janvier 2019.
Mise en scène, décor, costumes  Macha Makeïeff 
04 91 54 70 54 / www.theatre-lacriee.com
En tournée à La Scala Paris du 10 avril au 10 mai 2019

L’an neuf …

Entrons bon pied – bon oeil dans l’année et dans l’hiver avec Chagall à l’Hôtel de Caumont, Aix-en-Provence. Une splendide exposition. « Du noir et blanc à la couleur. » Jusqu’au 24 mars 2019.

Descendez en bas de l’écran pour voir la suite !

(…) contrairement à  ce que l’on nous serine, la part claire et lumineuse de l’enfance n’est jamais perdue corps et biens. L’a-t-on oubliée quelque part, il faut aller la rechercher comme un bagage perdu. L’enfance, plus qu’un âge, est un état d’esprit. C’est une attention fébrile aux êtres et aux choses, une impatience d’absorption qui permet – pour de brefs instants – de saisir le monde dans sa polyphonie (…). Nicolas Bouvier. La guerre à 8 ans. Editions Mini Zoé.

Quels voeux de bonheur pour l’an neuf ?  (…) saint Augustin prêchait que le bonheur était  de  » désirer ce que l’on possède déjà. » C’est Sylvain Tesson, notre deuxième grand voyageur préféré avec Bouvier, qui cite cette sage sentence – sans l’adopter cela va sans dire ! (Petit traité sur l’immensité du monde. Pocket). Sans doute serait-il plus du côté de Robert Mizrahi qui, interrogé sur sa philosophie du bonheur (France Culture, 28 décembre), nous exhorte à trouver en nous « le grand désir » qui nous constitue et à consacrer notre vie à y répondre.
Clichés Aline Barbier

Avec ou sans eau  ? Pour en finir avec ces satanées fêtes ! petit coup de gueule à l’égard de La Caravelle, par ailleurs lieu délicieux du Vieux Port. Très bon repas de réveillon à 65 euros. OK.  Coupette à 10. D’accord. (Surtout quand on vous l’offre !) Mais que le verre d’eau de la Durance en carafe, même avec le café de clôture, soit impossible, qu’il faille prendre une eau minérale, on dit NON ! C’est pitoyable.
Un si joli film. Allez voir Miraï, ma petite soeur, film d’animation de Mamoru Hosoda . Plus riche sur la famille, la naissance d’un second enfant, la jalousie du premier, le malaise du père, la toute puissance de la mère mise à mal, que trois heures de conférence . Et tellement beau, en particulier les échappées fantastiques  du petit garçon. Evidemment tout finit bien et on sort béat,
allègre, plus intelligent…