Fin d’été en beauté …

Au bout du fil. Ce week-end des 15 et 16 septembre, poésie, fantaisie, rêverie, magie … les mots reprennent leur sens (on les met tellement à toutes les sauces) dans un ciel tantôt azuréen tantôt pommelé (qui, chacun le sait, sont comme les femmes fardées de courte durée !) , décor changeant au gré du vent pour le ballet si léger des merveilleux cerfs-volants. Oui sur le parc balnéaire du Prado, pour la 33ème édition de cette Fête du vent qui attire des milliers de Marseillais, il y en eut pour tous les goûts et pour tous les âges sachant que le seul âge ici vraiment requis est celui de l’enfance. En se baladant, on tombe sur l’affichage d’un poème qui fait resurgir de notre mémoire cette joie immense de faire voler son cerf-volant, mâtinée d’une frayeur délicieuse …
(…) Les enfants
Mènent paître leurs cerfs-volants
Parfois sans prévenir
Ils franchissent une rivière,
Tant la liberté leur est chère.
Au bout du fil d’un cerf-volant
Il y a toujours un enfant.
Et de source bien informée,
Généralement on admet
Qu’on ne le revoit plus jamais
                                                                                            Bernard Lorraine .

 De l’argile, des mots, des images
Poésie, fantaisie, rêverie, magie, on se la joue « éloge de la paresse » et on reprend les mêmes mots pour parler de la naissance ce vendredi 14 septembre du nouveau Petit monde de Marcel Pagnol à Aubagne. On a raison car c’est bien de ça qu’il s’agit ici aussi. Et particulièrement de l’esprit d’enfance pour plonger dans l’univers de Pagnol à hauteur de santon,  un univers minuscule où pourtant tout est là, Bar de la marine, collines, Garlaban… et où ils sont tous là : Augustine, Joseph, Lili des Bellons, Manon… et leurs acteurs Raimu, Fernandel ,Vincent Scotto, Daniel Auteuil…
Tout a commencé en 1974 : Lucien Grimaud adjoint au maire eut cette bien belle idée de marier l’argile à l’univers de Pagnol. Avec Georges Berni et Georges Sicard ,ainsi que les santonniers qui ont répondu à leur appel, « Le petit monde de Marcel Pagnol » était inauguré dans l’ ancien kiosque à musique sur l’esplanade Charles de Gaulle. Idée qui contrinua à faire de la ville l’un des lieux les plus fréquentés du département : 300 000 visiteurs par an arpentant le territoire de Pagnol et de son oeuvre ,dont 60 000 pour Le petit monde

Mais le bâtiment avait vieilli, il n’était plus aux normes  : démoli puis reconstruit sur les hauteurs historiques d Aubagne, dans l’atelier de Thérèse Neveu, pionnière de la tradition du santon, il se décline aujourd’hui sur une nouvelle scénographie intégrant l’image et le son, y compris un topoguide virtuel ou sur papier. Ce qui est émouvant, devait souligner Sylvia Barthélémy, Présidente du Pays d’Aubagne et de l’Etoile, c’est la continuité, la transmission, de retrouver les mêmes noms de famille autour du berceau de cette nouvelle mouture : Nicolas Pagnol, le petit-fils bien sûr,  Scatturo, Chave, Sicard, Amy, Grimaud – avec sa fille Floryse qui a amené sur ce projet « son expertise, son érudition, sa sensibilité personnelle et surtout sa fidélité aux valeurs que lui a transmises son père. »
Que les amoureux de l’ancien monde ne soient pas tristes, le nouveau ne manque pas se séduction.
Plus d’infos : www.tourisme-paysdaubagne.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *