Gallimard fait marche arrière

Gallilmard suspend sa calamiteuse décision de sortir du purgatoire les écrits nazis de Céline. La parution des pamphlets antisémites de l’auteur de Voyage au bout de la nuit est donc, jusqu’à nouvel ordre, reportée. Et m’est avis qu’elle l’est sine die. Si vous n’êtes pas convaincu de l’aberration qu’il y aurait à republier ces textes nauséabonds, écoutez l’excellente chronique de Jean Birnbaum « Affaire Céline : les faux amis de la littérature », sur France Culture, jeudi 10 janvier. En substance, dit-il, mettre la littérature sur un piédestal, estimer qu’elle ne relève que du critère esthétique, que le travail sur la langue dispense d’une réflexion sur le réel, « la vide de son sens, l’humilie ». Penser ainsi c’est « signer son arrêt de mort. » A ceux arguant qu’il y aurait d’un côté le Céline écrivain et de l’autre le Céline pamphlétaire, la réplique est non,  « la littérature est comptable de ses actes. » Oh ! ça va mieux en le disant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *