Bernard Plossu : en-vol

Liberté de ton, vision intime et poétique caractérisent les images de Bernard Plossu. On associe souvent son nom à Un voyage mexicain qui a influencé nombre de jeunes photographes. Il a beaucoup bourlingué avec une prédilection pour les pays de la Méditerranée. Invité à la soirée que Thierry Fabre donne chaque mois à l’U.Percut, sur le leitmotiv « La fabrique de la Méditerranée », le grand photographe s’est livré avec une simplicité réjouissante. En voici quelques impressions, instantanés, volés, alpagués au vol, comme il le fait avec ses photos d’hirondelles … ou de chat !

Photo d’une photo projetée sur un écran, attrapée au vol,  elle aussi …

. Sa révélation pour la Méditerranée, il l’a eu à Porquerolles.
. Il est un jour tombé amoureux de La Ciotat où il vit (à la gare il y a une plaque disant que  Les frères Lumière ont « photographié en cinématographe » l’entrée du train; cela le ravit, lui qui aime le cinéma sans récit.
. Ses deux villes phares : Palerme et Le Caire.
. Il adore la procession du 15 août à Marseille.
. Il aime les quais : le quai appartient au monde méditerranéen.
. Les terrasses aussi. « Je ne suis pas jardin je suis terrasse : «  Il n’y a rien de plus beau que d’être sur une terrasse et de voir passer une étoile filante. »
. Son seul objectif : un 50 mm, le moins déformant, le plus proche de la vue.. . Pas de recadrage, pas d’intervention. C’est « Tel Quel ! ».
. Il faut rester le plus neutre possible.
. La photo, c’est pas noir et blanc, c’est gris.
. Une passion pour les tirages artisanaux Fresson.
. L’heure interdite pour le photographe, c’est midi. Pas pour lui.
. Son esthétique : une géométrie de l’ombre et de la lumière.
. Le cubisme est constitutif en Méditerranée.
. Il préfère de beaucoup Braque à Matisse.
. Le numérique ? Pas de geste, pas de bruit ! Comme l’ordinateur : on ne s’entend pas écrire. Non merci.

Une cinquantaine de livres sur la Méditerranée.
Citons pour la beauté des titres – puisqu’il faut bien choisir :
Le souvenir de la mer. Arnaud Bizalion.
Les hirondelles andalouses. Filigranes.
L’heure immobile
. La Fabrique.

La Fabrique de Méditerranée et l’Upercut proposent chaque premier mardi du mois à 19 heures une rencontre menée par Thierry Fabre, directeur du programme Méditerranée de l’IMéRA. Moment prolongé par la dégustation d’un plat, à très petit prix, créé par le « maitre es convivencia », Pierre Gianetti.
Entrée gratuite. 127 rue Sainte, 13007 Marseille

2 réponses sur “Bernard Plossu : en-vol”

  1. Moi, puisque je peux parler de moi de temps en temps, j’ai aimé le film de P Leconte qu’il a pu faire de l’Entrée du train en gare de La Ciotat, il y a peu. Sa version contemporaine prise à l’angle de vue des Frères Lumière est fort émouvante.
    A part ça, sans me vanter; l fait beau !!

    Patrick du Come, le potadane !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *