atMOTsphere…

L’atmosphering est une discipline nouvelle consistant à créer une atmosphère numérique qui pousse à certains comportements.  (Idées Le Monde – Samedi 30 décembre 2017). Ouh quelle horreur ! Tout le contraire de ce blog AtMOTsphère qui espère vous faire réagir, refuser, rêver, dériver… Vos commentaires sont attendus en 2018 :  cliquez sur le titre de l’article qui vous chiffonne (ou vous emballe …)

Photo Aline Barbier

 

 

Que cette année 2018
vous soit douce, douce, douce !

Photo Aline Barbier – 31 décembre 2017

 

 

Ecoutez, c’est moi, le port de Marseille, qui vous parle. Je suis le plus merveilleux kaléidoscope des côtes. Voici les coupées de mes bateaux. Gravissez-les.Je vous ferai voir toytes kes couleurs de la lumière; comment le soleil se lève et comment il se couche en des endroits lointains. (…) Montez ! Montez ! Je vous emmènerai de race en race. (…) Je vous conduirai vers toutes les merveilles des hommes et de la nature. (…) Je vous ferai voir des oiseaux qui plongent et des poissons qui volent. Embarque-toi embarque-toi !  (Marseille, Porte du Sud, Albert Londres. 1927)

Le Vieux-Port balançant l’angoisse des mâtures,
Et l’odeur des oursins,
Et l’électricité rutilant en cassures
Sur le comptoir de zinc
Soir du Vieux-Port.
Louis Brauquier

Photo Aline Barbier – 31 décembre 2017

4 réponses sur “atMOTsphere…”

  1. J’adore la voix du vieux port …
    Merci à Albert Londres de l’avoir entendue et traduite, et à Louis Brauquier d’en avoir fait un poème .

    Et à tous les lecteurs de ton blog, Dane,
    Que cette année soit non seulement douce, mais qu’elle prenne soin des lumières; même les plus fragiles …contre jours, clairs obscurs, soleil voilés, lueurs nocturnes et autres éphémères étoiles

  2. nfos d’Outre Monde :

    En quelques heures, entre le 3 et le 4 janvier de cet An 18 nouveau né, Bernard de Fallois et Paul Otchakovsky-Laurens sont partis .
    Les éditions de Fallois , POL, et leurs auteurs sont orphelins …

    Il semblerait que là haut, là bas, dieux ou diables savent où ;
    quelques auteurs soient en train de monter leur maison d’édition . Je soupçonne Monsieur d’Ormesson, n’envisageant pas de ne pas publier son livre annuel, d’avoir mené campagne auprès de quelques comparses récemment émigrés, et recruté quelques chasseurs de têtes .
    Efficace .
    Et nous, bêtement terriens ?
    Ben, on fait avec .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *