Jean d’O et Johnny

La grande librairie délivre une belle émission deux jours après la mort de Jean d’Ormesson, avec la présence très touchante de sa fille Héloïse. Le compliment qu’elle fait, les larmes aux yeux, sur son père en déclarant qu’elle n’est pas , triste du tout, on le souhaite à chaque parent. Quelque chose comme : Il m’a donné de la joie pour ma vie entière ou je n’aurais pas assez de toute ma vie pour épuiser  le bonheur qu’il m’a légué… Je saisis au vol une citation de l’écrivain sur le bonheur précisément  qui « a la forme d’un escalier descendant vers la mer ». Cela me ravit.
Les conseils de lecture des invités si, comme moi, vous ne l’avez jamais lu, vous contentant de ses yeux bleu malicieux et de son humour pendant les interviews :
Dany La ferrière : Au plaisir de Dieu
Amélie Nothomb : Dieu, sa vie, son œuvre
Eric Orsenna : Garçon de quoi écrire
Bernard Pivot : Je dirai malgré tout que cette vie fut belle
Et tous : Casimir mène la grande vie

Sur France Culture, Geneviève Brisac  s’énerve un peu que Johnny occupe tout l’étal ou quasi de son kiosquier. Que sa gueule à tous les âges ! Elle finit par citer un écrivain (je n’ai pas noté son nom) qui établit un parallèle entre libéralisme et dictature : un seul visage, un seul film, un seul journal… On se calme : on n’en est pas là. Bien sûr que cette ferveur populaire est récupérée, mais on s’en fout, elle existe bel et bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *