Les sortilèges du Chemin

Angkor 2007. Photo D. Cuypers

Le Chemin , film de Jeanne Labrune, avec Randal Douc, Agathe Bonitzer, Somany Na et Agnès Sénéchaud .

Oui, le Cambodge, les temples d’Angkor ne sont guère plus qu’un décor : cette histoire aurait pu se dérouler n’importe où ailleurs, quelques années, ou décennies après une guerre.
Oui, ces poissons grouillants dans l’eau boueuse  – d’un lac ? d’un fleuve ? – ces poissons qui fascinent l’homme, la femme et la caméra jusqu’à la nausée, on aurait aimé savoir ce qu’ils avaient  à nous dire. Étaient ils la réincarnation affligeante des assassins Khmers, ou des victimes ou quoi d’autre ?
Oui, parfois, Randal Douc et Agathe Bonitzer  dérivent vers un récitatif lent et précieux qui singerait un ersatz de Rohmer; à moins qu’ils ne soient juste épuisés de chaleur ou atteints par les fantômes rôdant sur le chemin ?Pourtant j’ai été prise par un charme …
Est-ce chemin interdit entre un couvent et un fleuve ou un lac, ce chemin tout au bord des temples d’Angkor où se croisent un homme marié et une jeune femme qui se croit vouée à Dieu ?
Est ce la grâce hiératique de Camille, la jeune femme (Agathe Bonitzer), malgré la défroque de presque nonne, les vilaines espadrilles, et le chignon sévère ?
Est ce la fascinante douceur de l’homme (Randal Douc) ?
Est ce l’ épouse de l’homme, sa guerre perdue, son renoncement face à la maladie, et son orgueil de le taire ?
Est-ce le regard sur Camille de la mère supérieure (Agnès Sénéchaud ), à la fois implacable, lucide, voire séduit, sur cette novice dont elle sait qu’elle ne prendra pas le voile ?
Tout se passe, lentement, obstinément, sur ce chemin interdit, que l’on dit hanté. Les morts ne sont pas morts, en ce lieu.
Tout se passe aussi avec les chevelures peu à peu déliées des deux femmes qui ont croisé cet homme, sur le chemin. Celle de Camille, claire et souple qui rompra ses fiançailles avec un Dieu qu’elle ne rencontre plus. Celle de la jeune épouse khmère, de soie noire, qui renonce en silence à un traitement sans espoir qui les lui ôterait.
Un charme oui.
Aline Barbier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *