ALGER, la bleue

« Imbroglio de solide et de liquide ».

« C’est une invitation à déambuler dans Alger sur les pas d’Yves Jeanmougin que propose l’exposition ALGER à La Friche la Belle de mai, Marseille, qui se termine le 2 juillet. Quelques jours encore donc pour s’y perdre avec le photographe profondément attaché à cette ville. Ni Alger la blanche, ni Alger la noire, ni mythique, ni nostalgique, ni tragique, juste la ville si bleue des Algérois, animés par « une immense pulsion de vie et de mouvement. » écrit Ameziane Ferhani qui accompagne les photos de sa prose sensible. Il parle même d’une « étonnante capacité d’euphorie » ! Cela donne soudain envie d’y aller, envie de s’offrir une provisoire amnésie sur les années de la colonisation et celles du terrorisme et  simplement de jouir : des bleus de la mer et des ciels, des « imbroglio de solide et de liquide », des gueules des vieux, des bouilles des enfants, du rire des jeunes femmes, des devantures incongrues, des volées d’escaliers, des naïades Arts déco dans le hall d’un immeuble, des cafés d’antan encore là dans la Basse-Casbah… Une ville foutraque, mais si vivante. Et tendre aussi . Thierry Fabre dans la préface parle de la « tendresse » d’Yves Jeanmougin et c’est bien elle qui éclaire l’objectif du photographe.

Jusqu’au 2 juillet. Friche la Belle de Mai. Galerie La Salle des machines. www.lafriche.org. Le superbe catalogue ALGER est en vente à la Friche  directement auprès de Métamorphoses Métamorphoses (contact : meta@metamorphoses-arts.com) ainsi qu’à la librairie du MuCEM.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *