Fanny l'ardente : dire non !

Une rencontre avec Fanny Ardant après la projection de son film Le divan de Staline, c’était alléchant. Et le fait est. Cela se passait à Marseille dans une salle du cinéma Les Variétés  pleine à craquer. Après la comédienne que j’aime de longue date, je découvre la réalisatrice et la femme. Le film, une adaptation u livre de Jean-Daniel Baltassat, est excellent tant sur le fond que sur la forme, porté, emporté par un Gérard Depardieu à la fois sobre et inspiré. La réalisatrice parle de lui avec fougue :  » C’est un des plus grands acteurs du monde, il a joué ce Staline avec toutes les ambiguïtés possibles. » Et de son film avec simplicité et finesse, elle nous donne des clés, livre quelques secrets. Un régal. Elle insiste, comme elle l’a fait sur France Culture ou à La Grande librairie, sur le thème essentiel  : le pouvoir et la peur : « Depuis toute jeune j’ai réfléchi à cette histoire de la peur, notre pire ennemi. » Mais, affirme-t-elle, on peut toujours changer et finalement dire NON ! Comme le fait in extremis Lidia la compagne de Staline . Elle revient sur cette réplique du film : « Qu’est-ce que tu as fait pour perdre ton âme ? Chacun de nous peut se poser cette question. Comment rester unique ? Défendre sa particularité ? »
C’est un appel à résister que nous lance Fanny Ardant avec toute l’ardeur et la séduction qu’on lui sait. Avec cependant un sens de la nuance, de la vérité, rare dans ce genre de prestation, car elle ajoute en substance :  Cela dit la vie n’est pas si simple, certains comme Chostakovitch ont réussi à survivre sans se perdre complètement  .
Cette belle soirée était à l’initiative du professeur Hervé Castanet, psychanalyste,  sous l’égide de la section clinique d’Aix-Marseille qui propose des événements associant la psychanalyse aux arts : cinéma, littérature, théâtre…. Et grâce au cinéma Les Variétés qui avec Le César vient d’échapper à la fermeture, repris en main par Jean Mizrahi, patron de la société Ymagis… Ouf ! car il n’y a pas pléthore de cinés sur Marseille.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *