Déménagement

img_1842img_1841img_1834img_1844Une tempête, un ouragan, un maelström :  l’article du Monde sur le trauma lié au déménagement dont je comptais m’inspirer ici a disparu dans la tourmente. Reste mon expérience et franchement je ne la souhaite pas à mon pire ennemi ! Ce blog ne sera donc plus écrit de Paris mais de Marseille – ce qui ne change pas grand-chose mais quand même.
Mais avant les les derniers clichés (dans les deux sens du terme ! ) de ma dernière semaine parisienne.

Piaf et des dattes fraîches rue de Belleville
Le café « Chacun fait… » rue de la Villette avec vue sur  l’irremplaçable épicerie de Momo !
Thé à la menthe tout près du Parc de Belleville.

Et puis pour entrer dans ma nouvelle ville, ouvrir les persiennes, celles d’une rue du 5ème arrondissement de Marseille et celles de Picasso, « Dormeuse aux persiennes », 1936)  au Musée Cantini dans la très belle exposition « Le rêve ».
persiennes-rue-pauriolpersiennes-picasso

 

 

 

 

 

 

Et enfin un petite histoire que me raconte Jean Jacques d’Aietti, le plombier, à mon premier jour marseillais.  J’étais un matin de bonne heure chez un client qui avait un problème de chauffage. Il m’invite à boire un petit café. Je m’asseois à côté d’un homme. Je dis bonjour. Il tourne sa tête vers moi : c’était Montand ! Tout frissonnant, je lui ai demandé un autographe et il m’a écrit sur un bout de papier « Au petit plombier très sympa du matin… »   Je l’ai encadré et affiché chez moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *