Déménagement

img_1842img_1841img_1834img_1844Une tempête, un ouragan, un maelström :  l’article du Monde sur le trauma lié au déménagement dont je comptais m’inspirer ici a disparu dans la tourmente. Reste mon expérience et franchement je ne la souhaite pas à mon pire ennemi ! Ce blog ne sera donc plus écrit de Paris mais de Marseille – ce qui ne change pas grand-chose mais quand même.
Mais avant les les derniers clichés (dans les deux sens du terme ! ) de ma dernière semaine parisienne.

Piaf et des dattes fraîches rue de Belleville
Le café « Chacun fait… » rue de la Villette avec vue sur  l’irremplaçable épicerie de Momo !
Thé à la menthe tout près du Parc de Belleville.

Et puis pour entrer dans ma nouvelle ville, ouvrir les persiennes, celles d’une rue du 5ème arrondissement de Marseille et celles de Picasso, « Dormeuse aux persiennes », 1936)  au Musée Cantini dans la très belle exposition « Le rêve ».
persiennes-rue-pauriolpersiennes-picasso

 

 

 

 

 

 

Et enfin un petite histoire que me raconte Jean Jacques d’Aietti, le plombier, à mon premier jour marseillais.  J’étais un matin de bonne heure chez un client qui avait un problème de chauffage. Il m’invite à boire un petit café. Je m’asseois à côté d’un homme. Je dis bonjour. Il tourne sa tête vers moi : c’était Montand ! Tout frissonnant, je lui ai demandé un autographe et il m’a écrit sur un bout de papier « Au petit plombier très sympa du matin… »   Je l’ai encadré et affiché chez moi.

Les Pépites

Allez-y ! le film de Xavier de Lauzanne se joue encore. L’ouragan évoqué ci-dessus a retardé mes encouragements. Allez-y pour leurs yeux lumineux, le tendre éclat de leurs sourires, le velouté de leur peau, la soyance de leurs cheveux, leur fabuleuse vitalité et la gentillesse – comme un immense et permanent Merci – qui les habite. Cette renaissance de 10 000 enfants perdus, détruits au jour le jour en fouillant dans la décharge de Phnom Penh, Christian et Marie France des Pallières l’ont rendu possible. Avec leur association « Pour un sourire d’enfant », en vingt ans, en y mettant toutes leurs forces, toute leur vie, ils ont sorti ces enfants de l’enfer et créé des écoles et 28 filières de formation professionnelle. Leurs visages aussi sont beaux. Christian qui est mort quelques jours avant la sortie du film (une fois encore je ne félicite pas le grand ordonnateur…) est bouleversant : son discours un peu pataud rayonne de bonté. Et sa femme, qui le laisse parler le plus possible, a bien souvent des larmes de bonheur aux yeux. C’est leur fille khmère adoptive qui prendra le relais. Bravo.

 

 

 

L'appel de la force

Jack London a essuyé 310 refus avant d’éditer sa première nouvelle – ça réconforte ! C’était un fou de boulot (5000 mots par jour quoiqu’il arrive) et un fou de vie. Une vie courte, il est mort à 40 ans, intense : socialiste, chercheur d’or, pilleur d’huitres… Je découvre tout ça en écoutant La compagnie des auteurs sur France Culture. Je vais m’offrir Martin Eden et aussi L’appel de la forêt, mal traduit selon Michel le Bris, c’est plutôt « L’appel de la force » (The call of the wild, la force sauvage qui vous fait avancer, résister). Le boss des Etonnants voyageurs est plus que passionnant : sur les quatre heures, si vous n’en écoutez qu’une, c’est celle-là, la dernière. Je découvre aussi la chanson Le chercheur d’or, superbe : Arthur H l’a écrite après avoir lu La porte d’or de Michel Le Bris. Le refrain : « Je suis vivant et c’est si bon… »

 

Duras, de tout… de rien… de rien du tout

DURAS DE TOUT DE RIEN DE RIEN DU TOUT Raprochement de textes de Marguerite Duras par Claire Deluca et Jean Marie Lehec Mise en scene et interpretation de Claire Deluca et Jean Marie Lehec La Reine Blanche Paris le 21 septembre 2016 © Pascal GELY
Claire Deluca et Jean Marie Lehec
© Pascal GELY

Une soirée bien déjantée au Théâtre de La Reine Blanche. Du théâtre qui fait une heure durant l’âme légère. Ouf ! cette fois, la vie inintelligible, pleine de points d’interrogation qui nous est contée par deux parfaits  fêlés, ouf ! cette fois ce n’est pas la nôtre …  Pour tout savoir sur Duras, de tout…de rien…de rien du tout :
www.theatrotheque.com