Pour une amourette

Il y a peu de temps j’avais entendu par hasard Pour une amourette et j’avais retrouvé, comme on dit, sur le champ mes vingt ans. Leny Escudero était un type épatant (adjectif des années 60 mais qui revient me semble-t-il, un peu comme l’irrésistible « C’est ballot !). Né en Espagne en 1932, il arrive en France en 1939 avec ses parents qui ont fui Franco. Je lis dans Le Monde qu’en 1965 il part au Bénin (le Dahomey) pour bâtir lui-même une école – il a été maçon et carreleur – et payer ainsi sa dette aux instituteurs français qui, enfant, lui ont appris le français.
Alors je me suis dit
T’es au bout du chemin
Tu peux t’arrêter là
Te reposer enfin
Et lorsque l’amour
S’est noyé dans ses yeux
J’ai cru que je venais
D’inventer le ciel bleu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *