Silence : autocensure

Hormis le fait que les talons aiguille bousillent les pieds et les reins des femmes (en fait je suis jalouse car je ne les supporte pas tout en les trouvant so glamour), je ne vois pas au nom de quoi une artiste ne pourrait pas les délicatement poser sur des tapis de prière. La décision d’annuler l’expo à Clichy-sous-Bois est tellement ridicule que j’ai d’abord cru à une piquante blague. Mais non ! L’installation de Zoulikha Bouabdellah, opportunément intitulée Silence, a bien été annulée d’un commun accord entre l’artiste et les commissaires d’exposition. Ces derniers auraient été informés par la municipalité de mises en garde de la fédération des associations musulmanes de Clichy (Fedam) sur « d’éventuels incidents irresponsables » et non maîtrisables, pouvant survenir suite à l’exposition.
« Je m’interroge sur les raisons qui poussent une certaine frange de Français de confession musulmane à voir dans cette installation une œuvre blasphématoire« , dit l’artiste en précisant que son œuvre, créée 2008, a déjà été exposé à Paris, Berlin, New York ou Madrid sans susciter de polémique. Elle ajoute que son intention n’était « ni de choquer, ni de provoquer », mais d’instaurer « un dialogue » autour des  » liens entre les espaces profane et sacré » et sur « la place de la femme au seuil de ces deux mondes ». En fait on s’en fout un peu chère Zoulikha de votre analyse. Vous n’avez aucune raison de vous justifier.

Aux dernières nouvelles, la situation s’est débloquée et les talons aiguille dorés sont de nouveau entrés dans la ville. Y a pire comme invasion…
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *