Abelwahab Meddeb, le clairvoyant

Je vous le disais plus bas ( « Le droit au blasphème »), je n’avais pas pu il y a quelques années à l’Actualité des religions interviewer l’écrivain Abdelwahab Meddeb. Voilà que par la grâce d’une écrivaine rencontrée pendant ma résidence d’écriture à Saorge, Chantal Robillard, je peux donner la parole à ce penseur disparu le 6 novembre 2014. Une parole sur l’islam, libre et passionnante. Si seulement elle pouvait atteindre la cervelle de nos rebelles de banlieue (et da’illeurs) .Y a du boulot. Depuis des années on tourne ?autour sans jamais vraiment prendre le problème à  bras le corps et le coeur

Chantal Robillard, donc, m’a  transmis une intervention orale  d’Abdelwahab Meddeb aux Rencontres d’Aubrac à l’été 2013 qui éclaire avec quelle érudition, quelle finesse, quel humour certains concepts ravageurs, notamment, en ces temps de martyrologie, celui du paradis. Mais aussi donne à entendre un islam lumineux – ce qui ne m’empêche pas et même m’autorise à rester une mécréante viscéralement  attachée à la liberté d’expression, blasphème compris;   Je vous en livre (retranscrit par moi)  la conclusion. Je vous en prie prenez vingt minutes pour l’écouter dans son intégralité.

Partant  de la convergence entre Ibn’Arabi, théologien du 12ème siècle et Dante, voici donc comment l’écrivain termine (pressé par le temps)  son exposé :
« Cette convergence est un filon évident pour lever la méconnaissance des occidentaux quant à l’islam; d’autre part pour mener une opération d’anamnèse à l’adresse des musulmans, malades d’une amnésie qui les conduit à négliger le meilleur de leur legs pour s’arcbouter  à la bouée du pire, celle du littéralisme qui fait de l’islam une identité bête et détestable, cet islam qui recèle la matière qui peut faire de lui un sujet intelligent et aimable. »
Pour l’écouter:
https://www.youtube.com/watch?v=v625RVvcyFE
(abdelwahab à partir de 2h17).

Je ne sais plus comment actionner le lien direct… il faut donc le couper-coller dans votre barre en haut de l’écran.
Ou bien baladez-vous sur le site des rencontres de l’Aubrac été 2013  qui vous donnera peut-être comme à moi l’envie  de vous y rendre cette année.
Et découvrez aussi une écrivaine généreuse et originale, très inspirée par l’Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle, fondé par Raymond Queneau) : elle travaille  à partir d’un conte, texte-souche dont elle explore les moindres recoins, tout en essayant d’y introduire différents styles pour le confronter à la littérature contemporaine. Bluffant.
Sur son blog, vous trouverez une belle lecture – concert qu’elle a donnée avec le grand Igal Shamir  à ces Rencontres de l’Aubrac.
http://dessagnesetrobillard.creation-partagee.over-blog.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *