Contrepoison

Sur France inter,  le  vendredi 24 octobre 2014, Patrick Cohen reçoit Philippe Sollers à propos de son livre Littérature et politique, reçoit « l’écrivain de l’identité heureuse ». Qui  l’affirme mordicus , dans cette époque de déliquescence empoisonné :  « rien ne peut  me faire démordre de ma bonne humeur ». Le secret ? Garder son enfance avec soi et c’est ce qu’il fait, dit-il, en tant qu’écrivain. « Je vous vends le contrepoison absolu qui va vous maintenir en vieSi vous avez ce muscle-là, celui de la lecture, vous pouvez faire juger la politique par la littérature . » Et, poursuit-il en substance, Dreyfus vous l’avez dans Proust, la guerre des tranchées tout est dans Voyage au bout de la nuit de Céline, et si vous l’avez pas  lu tant pis pour vous, il vous reste les chiffres des historiens… Petit moment délectable pour nous – et pour  Juppé qualifié de   « successeur de Montaigne à la mairie de Bordeaux et prochain candidat présidentiel de la gauche ». Et pour finir un rapprochement, Picasso et Sarkozy , les deux noms les plus cités dans son livre. : «  L’un agit, l’autre s’agite. » Littérature et politique. Philippe Sollers. Flammarion.

En prime cet extrait de Portraits de femmes  du même Sollers : «  Quand une femme vous embrasse (ou s’embrasse à travers vous) vous savez exactement où vous êtes. Admis ou pas. Notre époque n’est pas favorable à l’âme, d’où l’apparition du répétitif et misérable « bisou ». Bien vu.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *