Chapeau !

« Te lucis ante terminus –  A toi avant que la lumière ne s’éteigne », aux éditions Images du Sudc’est le titre du livre de Michel Eisenlohr sur le monastère de Saorge, livre qui prolonge l’exposition de l’été sur le site même. Joyau baroque du XVIIème siècle fondé par des Franciscains, le monastère est  un lieu classé monument historique où séjournent en résidence d’écriture les heureux élus dont je faisais partie cette année… J’ai vu Michel Eisenlohr prendre ses photos en mai dernier, sans aucune esbroufe, en toute modestie… J’ai été bluffée par le résultat qui donne à voir la grande beauté mais aussi l’étrangeté du lieu, notamment de nuit. Rudy Ricciotti, l’architecte du musée Mucem à Marseille,  Prix national d’architecture, mais aussi  » casse-couilles » de la profession, comme il le dit lui-même ! écrivait en préface au travail du jeune artiste sur le palais Longchamp  : « Michel Eisenlohr est un photographe romantique au sens entier de l’idée de romance. (…)  un grand photographe de combat. Il n’est pas de son temps. C’est un soldat de Rome perdu en Gaule à l’époque de la globalisation du marketing et de la pornographie consumériste. D’une certaine manière son œuvre est un rappel à l’ordre. »

L’écrivaine Chantal Robillard, qui était elle aussi présente pendant les prises de vue du photographe, a écrit des haïkus pour, dit-elle,  chanter « le pas qui passe, le temps qui compresse, l’ombre qui grandit sur le mur, la sculpture qui se désole de solitude, le lavoir qui murmure aux fées.

« Blue moon retenue/bucolique médaillon/s’ouvir sur la nuit »  fait écho au premier cliché reproduit (qui évoque pour moi  Edward Hopper.)
« 
Qui rêve ce soir? /La neige au sommet, l’abbé?/Les ombres, voyons ! »  est inspiré par le second.


 Sur la terrasse du monastère, un joli matin plein d’ombre et de soleil,  mon chapeau de paille eut l’honneur d’attirer l’oeil de l’artiste…

CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR
http://www.micheleisenlohr.com

 

A la rubrique ACTUS CAMBODGE, l’annonce du de notre Festival cinéma à L’Entrepôt et un appel à l’ écriture 

Une pensée sur “Chapeau !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *