L'anarchiste

D’après le roman de Soth Polin
Adaptation et mise en scène Jean-Baptiste Phou
Avec Jean-Baptiste Phou et Elizabeth Bardin
Chorégraphie : Sarosi nay
Musiques originales : Olivier Bostvironnois


Paris, 1979. Virak, Cambodgien en exil devenu chauffeur de taxi, sort indemne d’un accident de voiture. Pendant que sa passagère, une touriste anglaise, se meurt, le personnage, sorte de anti-héros, déverse sa douleur et sa rage, raconte et revit sa descente aux enfers intimement liée à l’histoire de sa première patrie. Journaliste politique, il se sent responsable de l’ascension au pouvoir des Khmers rouges. Car – et c’est l’intérêt de ce texte, autofiction avant l’heure – les démons intérieurs du personnage vont mener la danse (macabre)  en écho aux démons qui minent alors le Cambodge.
Tout commence  le 22 novembre 1963, le jour de son mariage avec la fille du gouverneur de Kompong Chhnang, le jour de l’assassinat du président  Kennedy.  Ce sang sur ses noces prend valeur de symbole (on sait comme la plupart des Khmers sont superstitieux et croit aux signes annonciateurs). En outre, il apprend rapidement que sa femme n’est pas la fille de son père mais  une « bâtarde »,  raison ou  prétexte pour la tromper sans vergogne, notamment avec sa belle belle-sœur, la belle Mona…
Dès lors tout se grippe et fait chaos : l’homme brillant, éditeur, journaliste, écrivain à succès, accumulera les erreurs  et partira pour la France avant l’arrivée des Khmers rouges en abandonnant tout, y compris l’estime de soi. La culpabilité va le tarauder sans parler d’une sexualité qu’il ne contrôle pas. La pièce le met en scène au moment du dernier épisode de cette chute sans possibilité de rédemption.
Le spectacle  prend la forme d’un monologue exalté que Jean-Baptiste Phou  donne avec une fougue qui nous emporte souvent, monologue auquel se mêlent danse traditionnelle khmère et contemporaine, musiques originales, vidéo d’animation et images d’archives. La danseuse Élisabeth Bardin personnifie les figures  féminines de la pièce aux côtés du comédien qui en a assuré l’adaptation et la mise en scène. Après « Cambodge me voici », sa première pièce qui traite de l’identité, de l’exil et de la mémoire, pourquoi avoir choisi ce texte si noir, d’une grande désespérance ? Quand, en 2010, il lit L’Anarchiste paru en 1979, il est fasciné par le propos, la qualité et  la violence de l’écriture (précisons que l’auteur qui a eu Saloth Sar, un certain Pol Pot, comme professeur de français, était lui-même professeur de philo) et tout de suite, « de fortes images surgissent » …
Il s’en explique : « Dans un pays où la quasi totalité des auteurs a été décimé, ce roman n’est pas uniquement un témoignage sur le Cambodge. Il s’agit bel et bien d’une œuvre majeure et incontournable, d’un chef d’oeuvre de littérature écrit dans une langue crue, envoutante et dérangeante. »
« Non seulement Soth Polin nous éclaire sur l’histoire complexe et la politique d’avant-guerre, sur les rouages et l’influence des médias qui flirtent avec les plus hautes sphères du pouvoir, mais il explore  la nature humaine dans ce qu’elle a de plus pervers et violent. Au fil des pages, on en vient à douter de l’homme….N’est-ce pas là la mission de l’artiste : susciter l’émotion, provoquer le questionnement, bousculer… Ce spectacle  fait découvrir un pan de l’histoire et un texte encore trop peu connus, pour se souvenir, que le pire n’est jamais loin. Et dans la noirceur, peut-être, jaillira une étincelle… ». Ajoutons que  même s’il peut nous faire sortir de nos gonds, ce spectacle nous fait aussi sortir des  stéréotypes sur  le Cambodge et les Cambodgiens  … et cela aussi c’est  la mission de tout artiste.

 Jeudi 3 et vendredi 4 avril à 20h30, et dimanche 6 avril à 17h : Théâtre LeSilo, Montoire-sur-le-Loire (41) – réservation : 02 54 85 15 16
 Vendredi 11 avril à 20h30 : salle Maurice Koehl, Bussy-saint-Georges (77) – réservation : 01 64 66 60 01
 Lundi 14 avril à 20h et mardi 15 avril à 15h et 20h : Vingtième Théâtre, Paris – réservation : 01 48 65 97 70 ou en ligne
www.khsay.webs.com/l-anarchiste

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *