Bric et broc

Féca. Milieu de l’été. Paris. Un bistro. Un gars s’échine sur son portable à appeler des connaissances, genre « par hasard je pensais à toi », dans l’objectif de  décrocher une invitation, à la campagne, à la mer, à la montagne, il n’est pas regardant. Il adopte un ton très décontracté qu’il souligne avec un :  » Je prends un feca à une terrasse ! ».  Franchement comment peut-on employer  un mot auquel il ne manque qu’un « l » pour déraper dans la m…. Ce qui aurait pu m’arriver ce matin sur une des marches du joli petit escalier qui descend aux  Buttes Chaumont depuis la rue des Alouettes . Un énorme berger allemand venait de larguer son énorme cadeau et la propriétaire est passée, royale, nez au vent,  sans s’arrêter. J’aurais du lui demander si elle comptait prendre un féca dans la foulée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *