Joyeux délires …

La merveilleuse évasion. Pour sauver dans le rire et le tendre un dimanche peut-être mal parti (brunch hors de prix, balade sous la pluie…), offrez-vous La merveille évasion. Muet et complet – pantomime, théâtre, danse, magie, acrobatie – ce spectacle ravira et l’enfant qui est en vous et celui qui, peut-être, vous accompagnera. Cinquante-cinq minutes de rêve, d’humour, de poésie, menées, tambour battant, par Stéphane Botti qui en est aussi l’auteur. En fait non ! il n’y a pas de tambour parmi les  perfides objets qui font tourner notre homme en bourrique…  mais  des menottes, un journal et surtout un diabolique parasol qui devient tour à tour partenaire de tango, tutu, queue de poisson, coquillage…Le héros, un petit bagnard en cavale, se bat avec cette réalité récalcitrante, devenant « à l’insu de son plein gré ! »  plagiste, boxeur, funambule. Malmené, mais gardant toute sa dignité. Autrement dit, c’est, de maladresses en métamorphoses, de gag en gag, tout le monde du burlesque que fait naître le comédien avec une virtuosité et une sensibilité proches des grands maitres du genre, Charlie Chaplin et Buster Keaton ; il s’en est évidemment inspiré (du premier il a même pris la moustache), mais il a créé son propre univers avec ses souvenirs, ses désirs et ses délires à lui . Un univers à la fois fantasque et délicat qui nous embarque comme sur la grande roue de la fête foraine ou devant un feu d’artifices – mais que va-t-il encore se passer ?  Un univers formidablement porté par les musiques de Aube L. qui accompagne depuis toujours les  frères Botti.

 Stéphane Botti, avec le soutien de La Compagnie des Hommes-Papillons, a fait évoluer son show avec la kyrielle d’enfants qui l’ont vu. Mais, ce qui a été conçu dans le cadre d’un projet d’éducation pédagogique à l’image – base qui lui donne sans doute une telle efficacité –  est devenu  tout simplement un spectacle merveilleux.

Théâtre Les Blancs-Manteaux, 15 rue des Blancs Manteaux, 75004 Paris. Réservations : 01 48 87 15 84 ou Fnac, Virgin. Tarifs : 20, 17,13. Tous les dimanches jusqu’à 17h30 et jusqu’au 30 juin

 

Prague sous la pluie qui passe et qui sourit de Jean Bois est un recueil de six petites pièces qui n’ont, en apparence, aucun lien entre elles. On passe, sans transition,  d’une situation à une autre. Ce qui le relie c’est le langage où la poésie côtoie la truculence et la dérision. Armé de ce seul langage, chacun des personnages tente (et parvient parfois à) échapper à son destin. Ainsi d’une sirène et d’un marin   qui s’entredéchirent sans se décider à larguer les amarres et leur amour usé. Ou bien d’une vielle fille  excédée par un ange qui s’est installé chez elle.Amateurs d’univers surréalistes, décalés, sensibles, vous allez vous délecter

Par la Compagnie du regard. Mise en scène J.P. Arphand. Avec Aline Barbier, Agathe Roussillon, Chantal Szczùmurko, Stéphane Dousset, C.M. Falcucci. Du 5 au 28 avril. Vendredi et samedi 21h30, dimanche 16h au  Funambule Montmartre. 01 42 23 88 83

 

 

Une pensée sur “Joyeux délires …”

  1. Juste un détail…le spectacle est sur « Théâtre on line » et « Billet réduc »…du coup un peu mois cher…
    Si Un drôle de voyage vous tente, en six pièces brèves dont on ne sait trop s’il faut en rire, en rêver ou en pleurer….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *