de BRIC ET de BROC

 Foule sentimentale. Le jour des élections américaines, quand j’ouvre mon ordinateur, Yahoo m’accueille avec une photo de Michelle Obama enlacée par son homme. Je craque. So cute …Et j’envoie un mail lyrique à mes proches. Le soir-même sur « 28 » (super émission d’infos d’Elizabeth Quint sur Arte tous les soirs à 20h00), j’apprends que la photo date du mois d’août dernier ! Pas grave d’accord; en l’occurrence ça n’a même aucune importance et ne m’empêche pas de trouver le couple présidentiel irrésistible et porteur d’une image de l’Amérique qui me plait. C’est juste qu’il faut être très vigilant quand on nous raconte de belles histoires, surtout quand cela se passe sur internet. La technique du » racontage d’histoires », qui est désormais au cœur de la communication, se pare du nom branché et prétentieux de storytelling. Lisons donc Storytelling – La machine à fabriquer des histoires de Christian Salmon (La Découverte) pour au moins savoir comment on nous paul loup sulitzer

Dimanche matin…Une fois  le cabas lesté au marché, le miel bio et les poireaux jouxtant le carnet pour noter ou croquer, direction le bistro. Selon l’heure, café allongé ou bien ballon- sardines, mais de toutes façons lecture du JDD et de son supplément Femina : 1,50 euro le lot.  Le journal est intelligent, bien écrit, avec une bonne vue des infos de  la semaine. Et le Femina : une quintessence de Elle, Marie Claire et tous les autres magazines du genre. Ce n’est pas un bottin de la beauté – dont vous allez sortir rincée – que vous feuilletez mais une petite chose légère, sans prétention … Une soixantaine de pages et tout est là : du  frivole avec une mode gaie, accessible, ou en tout cas qui en a l’air ; des trucs beauté qui ne servent jamais mais quel plaisir d’y croire un instant (cette semaine une page « chignon » – avec une  erreur non pas capillaire mais linguistique : on ne dit pas  des pinces-neige, ça  fait pince-nez ! mais des épingles-neige  ; une touche de culture vite faite bien faite avec un choix bien clair sur les préféfences de la rédaction ; cette semaine, Après mai d’Olivier Assayas, un  livre L’herbe des nuits de Modiano,  un DVD Les femmes du bus 678 (si on avait dommageablement râté  le film, c’est mon cas) ; une BD alléchante La patience du tigre  ; une interview de Christophe Honoré , l’auteur de Nouveau roman qui passe à La Colline – tiens j’irais bien. Tout ça  n’est pas révolutionnaire  d’accord,  mais c’est dimanche et les neurones n’en demandent pas plus qui ronronnent tranquillement. Ah j’oublie le meilleur ! le dossier coups de folie, soit 50 petits luxes :  acheter un vêtement en plusieurs couleurs, s’offrir un parfum rien que pour soi ( les fragrances de notre enfance et de nos émois mises en flacon – j’avais interviewé Francis Kukdjian à ce propos, c’est génial mais hors de prix); un thé grand cru tous les matins  le thé Juko (palais des thés) ; prendre son petit déj dans un palace ; ne pas mettre le réveil ; acheter une parcelle de la forêt amazonienne … Non, pour investir, j’ai mieux … Voir kisskissbankbank

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *