2ème FESTIVAL "VISAGES DU CAMBODGE"

Du samedi 22 au mardi 25 septembre 2012 
Au cinéma L’Entrepôt – Paris 14ème – métro Pernety

Des films, des débats, un ciné-philo, une librairie, une lecture…
L’Indochine dans la tourmente – le cinéma khmer des belles années –  le procès des Khmers rouges …

Depuis notre premier festival en septembre 2010, le Cambodge a été très présent sur les écrans de cinéma et dans les livres.  Avec le procès des Khmers rouges enfin effectif puisque Duch, le directeur du centre de détention S21, a été condamné, la programmation de « Visages du Cambodge » 2012 reste dominée par les douleurs de la réminiscence.

Mais, comme en 2010, c’est d’abord un voyage que  propose cette deuxième édition du festival : un embarquement immédiat pour quatre jours au pays khmer. Avec l’objectif de faire mieux connaître les sortilèges de ce pays porteur de la culture la plus ancienne de la péninsule Sud-Est asiatique, sans pour autant ignorer les enjeux, les écueils et les espoirs d’un procès qui remue  le peuple khmer après trente ans de quasi silence. Avec cette année, une large place accordée à la dimension historique.

La revue Chatomukh annonce notre festival dans son numéro de juillet-août 2012. Et elle enrichit notre programme en resituant chaque film dans son contexte avec les références bibliographiques indispensables à qui veut creuser les thématiques : la troisième guerre d’Indochine, les khmers rouges, le procès, le cinéma d’avant-guerre disparu sous Pol Pot…

ATTENTION ! Ce  dernier sujet, qui est au cœur du très beau film De Davy Chou, Le Sommeil d’or, n’est plus hélas dans notre programmation (pour des incompatibilités  de distribution survenues en dernière heure) mais nous encourageons nos lecteurs  et nos festivaliers à aller le voir sur les écrans en septembre.  Le cinéma d’avant-guerre – et donc le Cambodge d’avant-guerre –  reste toutefois présent avec « Sihanouk, le roi cinéaste » de Frédéric Mitterrand et Jean-Baptiste Martin.

 Au sommaire de cette édition spéciale  du blog :

. Le programme

. Des repères historiques avec deux articles : « Le Cambodge emporté dans l’Histoire »( revue XXI);  « Khmers rouges : un dernier  procès sinon rien » (Libération)

. Le Cambodge sur un plateau : pour mieux goûter le film « A la recherche du Soleil », un long  papier paru dans la revue XXI début 2012 et mis en ligne  sur le site du Théâtre du Soleil ; un autre paru dans Le Nouvel Observateur.

. Une interview d’Hélène Cixous, auteure de L’histoire tragique mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge

. Des photos et de brèves videos sur les répétitions en 2011 à Battambang de la pièce .

 Plus d’infos  encore :

La revue Chatomukh : chatomukh@yahoo.fr

Le blog Les carnets de Phnom Penh : www.cambodge.blogs.liberation.fr

Le blog de la journaliste Anne Laure Porée www.proceskhmersrouges.nets :

Le site de Bruno Carette sur  Khmers rouges amers : http://khmersrouges.blogspot.com

AU PROGRAMME

Attention, pour les films, réservation indispensable :
resacambodge@lentrepot.fr
Prix des places pour chaque film : 7,80 euros (paiement sur place)

Samedi 22 septembre 2012

10h30 : « L’empire du milieu du Sud » de Jacques PERRIN et Eric DEROO (2012).
En ouverture du festival, un documentaire inspiré sur les guerres qui enflammèrent la péninsule indochinoise. Un film d’une beauté somptueuse.
Débat : « Mieux comprendre  le rôle du Vietnam voisin, si proche et pourtant ennemi héréditaire, dans la tragédie khmère rouge » avec Alain FOREST, historien et professeur à l’Université de Paris-Diderot.

13h : possibilité de déjeuner au restaurant de l’Entrepôt – formule à 20 euros

15h : « Le Khmer rouge et le non-violent » de Bernard MANGIANTE (2011).
Le réalisateur a suivi, des mois durant, l’avocat François ROUX et son client Duch. Pour mieux saisir la redoutable et hasardeuse partie qui se joue à Phnom Penh dans le procès des Khmers rouges. Un film palpitant d’un bout à l‘autre.
Débat : « La complexité d’un procès hors norme », en présence de Maître François ROUX et Bernard MANGIANTE.

Dimanche 23 septembre 2012

14h30 : « Khmers rouges amers » de Bruno CARETTE et Sien META (2007).
Auteur de nombreux films sur le Cambodge contemporain, Bruno CARETTE a voulu donner la parole à d’anciens Khmers rouges, simples paysans ou dirigeants… Leurs témoignages permettent de mieux comprendre le régime de Pol Pot.
Ciné-philo : « Comment, après toutes ces exactions, vivre ensemble ? A quel prix ?  » Une séance animée par Daniel RAMIREZ, philosophe, créateur des cinés-philo de l’Entrepôt. En présence du réalisateur Bruno CARETTE.

Navy SOTH, auteure avec la journaliste Sophie ANSEL  du témoignage « Les larmes interdites » sera présente  à cette séance et signera son livre à la fin du ciné-philo.

19h40 : « Norodom Sihanouk, Roi cinéaste » écrit par  Frédéric MITTERRAND et réalisé par Jean-Baptiste MARTIN (1997).
L’incroyable parcours  personnel, artistique et politique du Roi-Père du Cambodge
Débat sous la houlette d’Alain Daniel, docteur ès langue et littérature cambodgienne, en présence de Marie Mitterrand et du réalisateur Jean-Baptiste Martin. (Olivier de BERNON, organisateur des archives de Sihanouk, appelé pae une ugence ne pourra être parmi nous).

Lundi 24 septembre 2012

19h40 : « A la recherche du Soleil » de Werner Schroeter (1985).
Un documentaire flamboyant sur le travail d’Ariane Mnouchkine. Au centre, la pièce d’Hélène Cixous, interprétée par la troupe du Théâtre du Soleil, L’Histoire tragique mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge..
Débat : 25 ans plus tard, en décembre 2011, la pièce est reprise  par de jeunes acteurs khmers à La Cartoucherie. Une formidable aventure humaine et artistique.
En présence des metteurs en scène Georges Bigot (qui jouait Sihanouk en 1985) et Delphine Cottu.
Mardi 25 septembre 2012

19 h : Une lecture, mise en scène par Brigitte MOUGIN, qui  fera entendre « les voix du Cambodge », celles des écrivains qui ont été touchés au plus près par le pays khmer, ses tourments et ses merveilles, sa réalité et son imaginaire : Hélène CIXOUS, Dane CUYPERS, Randal DOUC , Marguerite DURAS, Rithy PANH, i Navy SOTH et Sophie ANSEL, …  Musique  d’Etienne Perruchon du film « Dogora » de Patrice Leconte.
Avec les comédiens Aline BARBIER, Brigitte MOUGIN et Randal DOUC, auteur de théâtre et comédien cambodgien.
Cette lecture – gratuite – se tiendra dans la galerie de L’Entrepôt.
LES PARTENAIRES DU FESTIVAL

AtmoTsphère : quand les mots prennent l’air … Une association qui met les mots au centre de ses activités : expression écrite, ateliers,  lecture, théâtre, chanson, cinéma … www.atmotsphere.org/

Cinéma l’Entrepôt : lieu de rencontres culturelles situé dans le 14è arrondissement, l’Entrepôt propose chaque semaine des films, conférences, expositions, concerts, lectures… Des ciné-philo sont organisés le dimanche.
7, rue Francis de Pressensé – 75014 Paris – Métro Pernety – www.lentrepot.fr

Librairie Tropiques : cette librairie indépendante, située à deux pas de l’Entrepôt, tiendra un stand offrant un  large choix de livres sur le Cambodge.
63, rue Raymond Losserand – 75014 Paris – www.librairie-tropiques.fr

ORANGE : opérateur téléphoniques

SIPAR : organisation de solidarité internationale créée en 1982 pour l’accueil en France des réfugiés du Sud-Est asiatique, ainsi que l’enseignement du français dans les camps de réfugiés de Thaïlande afin de favoriser leur insertion en France.
Le SIPAR intervient directement au Cambodge dans le domaine de l’éducation des enfants, de la lutte contre l’illettrisme des jeunes et des adultes, pour la promotion du livre et de la lecture.
Pour réaliser cette mission, l’association développe quatre grands projets complémentaires : bibliothèques scolaires, centres d’éducation pour tous, bibliobus et édition d’ouvrages en langue khmère. www.sipar.org

REPERES

« Le Cambodge emporté dans l’Histoire.  » Dane Cuypers

1955 – 1970, les années Sihanouk.  Le Cambodge est indépendant depuis deux ans quand, en avril 1955, le roi Sihanouk abdique pour mieux régner. Devenu Prince, il fonde son parti qui devient de fait un parti unique. Le socialisme bouddhique domine la vie politique. Le pays connait un fort développement économique, mais l’écart entre le niveau de vie des villes et des campagnes se creuse.

Pour éviter de s’impliquer dans le conflit vietnamien, où les Etats-Unis sont engagés depuis le milieu des années 1960, Sihanouk se fait champion de la politique du « non alignement ». Plus les Etats-Unis s’engagent, plus sa position devient difficile. Il rompt en 1965 les relations diplomatiques avec Washington et autorise l’implantation de sanctuaires vietnamiens à la frontière cambodgienne.

1970-1975, la guerre civile  Le 18 mars 1970, alors que Sihanouk s’apprête à quitter Moscou pour Pékin, il est renversé. Le général Lon Nol, soutenu par les Etats Unis, prend le pouvoir. Sihanouk se réfugie à Pékin et s’allie à d’anciens opposants, des communistes qu’il appelle « les Khmers rouges ». Le Cambodge sombre dans une guerre fratricide.
Le président américain, Richard Nixon, et son secrétaire d’Etat, Henry Kissinger, décident d’élargir leur guerre vietnamienne au Cambodge. Deux cent cinquante  mille  tonnes de bombes sont déversées sur le petit pays, principalement au cours de l’année 1973. De nombreux paysans se rallient  aux Khmers rouges pour répondre à l’appel de Sihanouk.

1975-1979, les Khmers rouges. En avril 1975, le gouvernement cambodgien pro-américain tombe. Soutenus par la Chine, les Khmers rouges arrivent au pouvoir. Le nouveau maître du pays, Pol Pot, installe une des plus sanglantes dictatures du XXème siècle : villes vidées, travaux forcés, écoles fermées, religions interdites, monnaie abolie, familles séparées, terreur généralisée. Environ un quart de la population est « éliminé » dans l’indifférence internationale.

Le 7 janvier 1979, le Vietnam s’empare de Phnom Penh et renverse le régime de Pol Pot. De 1979 à 1981, plus d’un million de Cambodgiens fuient à la frontière thaïlandaise où ils sont parqués dans des camps. De là, ils sont nombreux à gagner l’Occident. Le pays vit sous protectorat vietnamien jusqu’en 1989. En 1991, les Accords de Paris placent le Cambodge sous tutelle de l’ONU. Des élections libres sont organisées en 1993. Norodom Sihanouk retrouve son trône. Il abdique en 2004, en faveur de son fils Sihamoni.

Les derniers dirigeants khmers rouges encore en vie sont aujourd’hui jugés.

Norodom Sihanouk. Génie politique, sans pitié pour ses adversaires, profondément attaché à son pays, « épicurien invétéré », Norodom Sihanouk est sans conteste un grand personnage du XXème siècle.Féru de cinéma, il a réalisé une cinquantaine de films long métrage en 35mm avec pour vedette le Cambodge et un casting qui fait appel à toute sa famille à commencer par lui. Il a également écrit de nombreuses chansons qu’il interprète volontiers. Ses trois livres de mémoire sont écrits dans un français remarquable. A 89 ans, Sihanouk estime qu’il ne devrait plus être de ce monde, mais il continue à intervenir, de temps en temps, dans la vie politique khmère et tient allégrement son blog www.norodomsihanouk.info DC

 « Khmer Rouges : un dernier procès sinon rien » Bruno Carette

http://www.liberation.fr/monde/01012360800-khmers-rouges-un-dernier-proces-sinon-rien

L’histoire tragique mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge d’Hélène Cixous, montée par Le Théâtre du Soleil en 1985 et en 2011.  Trois articles pour mieux goûter le film A la recherche du Soleil :

. « Le Cambodge sur un plateau ». http://www.theatre-du-soleil.fr/thsol/phare-ponleu-selpak/article/le-cambodge-sur-un-plateau

. « Le soleil se lève pour les enfants khmers »: papier Sihanouk Nouvel Obs

. « Le Cambodge à La Cartoucherie », avec  une grande  interview d’Hélène Cixous sur ce blog datée du 8/11.2011. A consulter dans les Archives « Cambodge – Actu ».

Et une interview sur France Info  http://www.franceinfo.fr/dane-cuypers

Les répétitions de la pièce mise en scène par Georges Bigot et Delphine Cottu et jouée  par de jeunes Khmers.  Battambang. 2011. Videos

Le fantôme du roi père Suramarit et son fils Sihanouk

Le final sur l’air de Phnom Penh

Sihanouk roi musicien sur l’air de la chanson de Monica, la reine

Les retrouvailles de Shianouk et Zhou Enlai

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *