Tire tire l'aiguille ma fille …

Couture, tricot, broderie, pliages, dentelles, rubans, boutons, pochoirs, une mercerie géante … un enchantement, pour moi ( et 38 000 autres visiteurs) à L’Aiguille en fête 9ème édition, le rendez-vous  des piqués d’aiguille – 48% des français dont 65% femmes  tâtent de l’aiguille dans leurs loisirs. J’en ai rêvé huit années de suite, j’y fus dimanche dernier… 

Pourquoi n’y allais-je pas dans cette caverne d’Ali Baba ? Ma présence n’y était pas vraiment légitime : je ne sais absolument rien faire avec une aiguille en dehors de coudre un ourlet ou un bouton. Entre mes mains, les foufs de mon grand oncle Charles (ces petits échantillons de tissus dont je vous ai déjà parlé, merci de suivre) écopaient simplement de trois entailles, une pour la tête, deux pour les bras de mes poupées. Point barre- pas point de croix. Jeune femme j’avais quand même réussi à tricoter une écharpe rose minuscule qui a fini entortillée ad vital aeternam au cou d’un baigneur à ma fille. Dans ce salon, des falbalas, des fanfreluches, et des foufs, c’est fou ! y en avait à chaque stand : de toutes les couleurs, à fleurettes, à raies, à pois, à ramages. Une débauche de foufs.  J’ai vu aussi des créations textiles superbes réalisées par je ne sais plus quelle école, j’ai vu  l’expo des  carrés de patchwork (72 000 venus du monde entier) ) pour la ville japonaise Ishinomaki  détruite par le tsunami de mars 2011. J’ai vu 120 poupées au  stand Unicef « Adoptez une frimousse ». J’ai raté le  stand Emmaus : sur le site www.emmausavenir,  j’ai appris que l’association  disposait de deux mirifiques merceries top, l’une à Neuilly-sur-Marne, l’autre à Neuilly-Plaisance . J’ai vu des kilos de kits (c’est le mot-sésame) pour réaliser des trousses délicates, des sacs so filles, des boucles d’oreille tintinnabulantes, des courtepointes –  de taffetas bien sûr, toujours de taffetas une courtepointe. J’ai fini par m’écrouler dans un atelier dispensé gratuitement par France Patchwork : une initiation. C’est le bon mot. Choisissant mes quatre foufs et saisissant ma microscopique aiguille, je me suis sentie sur un chemin initiatique… A dire vrai, la  formatrice fut d’abord un tantinet accablée par ma maladresse mais j’ai mis les rieurs de mon côté, elle avec. Et finalement oui, j’ai réussi à mener à bien mon assemblage  . En 50 minutes,  j’ai compris la technique de base et je suis repartie avec « mon ouvrage ». HEU-REU-SE (autant qu’après avoir fini mon article pour la revue XXI).  Je n’ai plus qu’à acheter du rhodoïd pour les gabarits et un cutter rotatif pour les finitions et le monde merveilleux du patchwork s’ouvre à moi. Sans blague.

En sortant je me suis dit que je pourrais aller réserver – c’était tout près – le spectacle Médéa (on aura compris Médée)  mixte danse et lecture avec la chorégraphe Carlotta Ikeda et l’écrivain Pascal Quignard. Je relisais le papier du Monde : « le corps de Médéa plombé, foudroyé dans son kimono rouge ». Je regardais la photo de la danseuse butô, très vieille, très torturée avec sa légende «  Carlotta Ikeda rend palpable la colonisation de cette femme » Je suis allergique à l’adjectif « palpable », je le pourchasse dans les copies,  ça m’a décidée. Je me suis dit que pour aujourd’hui j’allais rester dans le clan des intellectruelles ! selon le bon mot d’une aguerrie de l’aiguille rencontrée à un stand. Ah vous ai-je dit qu’un vent de zénitude soufflait dans La grande halle de La Villette. Tirer l’aiguille, une façon créative  de méditer ? Ou pas. Aucune importance !

Une mauvaise manipulation de ma part vous a privés de l’article sur « l’habiter » que le philosophe Daniel Ramirez a mis en ligne sur ce blog en réaction à « Un égoïsme de bon aloi ». Ne vous en privez pas ! C’est formidablement éclairant sur l’importance et les significations du chez-soi, lieu de repli, lieu de répit, qui du coup permet l’ouverture au monde et aux autres.

http://philo-music.eu/2009/12/02/quest-ce-quhabiter/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *