Prise de tête !

Une bien jolie chronique de Jérôme Garcin dans Le Nouvel Obs du 2 février  m’avait échappé. Sans doute pas à vous mais on ne sait jamais. L’héroïne en est Christine Routier Le Diraison, sociologue qui découvrit il y a quaran,e en sac à dos, Cambodge, Laos et Thaïlande. Et c’est tout récemment que, visitant l’adorable Musée de Phnom Penh, elle tombe en arrêt devant le corps décapité du dieu Harihara. Je l’ai bien vu moi aussi et j’ai vu également au mur   la photographie de sa tête dont on nous dit qu’elle est au musée Guimet. Point final pour moi. Début de l’aventure pour notre routière qui lance un combat en faveur d’une légitime restitution de la tête d’Harihara. Comme elle a raison. Je laisse la conclusion à Jérôme Garcin :  » Les oeuvres d’art , et plus encore les oeuvres religieuses, doivent revenir aux peuples dont elle fonde l’identité. » C’est vrai partout en encore plus au Cambodge.

Pour la soutenir : restitutionharihara@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *