Le Cambodge en Transylvanie !

Que de talents !

Le Centre culturel français de Cluj en Roumanie m’avait donné carte blanche pour une semaine ciné cambodgien. Etaient donc présents Bruno Carette avec son exigeant et  courageux documentaire Khmers rouges amers,  Roshane Saidnattar avec un très sensible témoignage L’important c’est de rester vivant,  Randal Douc pour son interprétation du rôle de  Monsieur Jo dans  Barrage contre le Pacifique de Rithy Panh ; programmés également du même réalisateur Gens de la rizière et Les artistes du théâtre brûlé. La semaine de projections avait démarré avec  un film sur le Vietnam L’Empire du milieu du sud de Jacques Perrin et Eric Deroo d’une grande beauté et passionnant (quoiqu’un peu obscur pour non initiés) et qui s’arrête en avril 1975, à la chute de Saïgon, quinze jours après que les Khmers rouges soient entrés  dans Phnom Penh, réalisant ainsi une de leurs obsessions ( qui serait suivie de tant d’autres) : triompher des Américains avant le frère-ennemi, le Vietnam. (film encore en salles)

Cette semaine fut aussi celle d’un atelier d’écriture et de théâtre sur le thème du voyage mené par votre servante et la comédienne et metteur en scène Brigitte Mougin. Pour finir un extravagant et délicieux week- end en montagne.   Maisons en bois, soupe colorées, beignets, eau de vie à la myrtille, violons et, pour s’installer complètement dans la magie,  l’illusionniste Magic Mouss. Un talent fou. Une énergie hors du commun. Des tours étourdissants et beaucoup d’humour. On s’en est pris plein les mirettes, de la poésie, du merveilleux, des paillettes,  nous et les gamins d’une école roumaine. L’envie d’offrir ça aux enfants khmers.  Si un bienfaiteur veut jouer les magiciens et offrir du rêve qu’il se manifeste…

Enfin Michèle Lesbre qui était venue présenter son dernier livre « Un lac immense et blanc »  (Sabine Wespieser) s’est jointe à nous pour découvrir et la Roumanie et le Cambodge.

Tout ça (et tout ce que je ne vous dis pas) sous la houlette d’un autre  magicien patenté, Bernard Houliat, directeur du centre culturel français de Cluj avec son équipé d’enfer. Le paradis… Merci beaucoup . Okoun tchraeun !

Ci-dessous ou ci-dessus quelques photos sachant que leur montage surréaliste et un tantinet chaotique est l’oeuvre de l’ordinateur qui se rit de mes injonctions de mise en page.

Pour ceux qui ont gardé une âme d’enfant, à savoir tous les lecteurs de ce blog : http://magicmouss.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *