Miel et fiel

 

Another Year  de  Mike Leigh

 Entrez ! parlez ! mangez ! buvez ! pleurez !  La maison est chaude, généreuse, les tomates sont bio, le gâteau riche en chocolat, à volonté le thé, la bière, le thé, le vin, et le thé, et la bière encore, pour faire glisser, déraper… Pas grave… vous dormirez là, faites comme chez vous ! La maîtresse de maison vous en prie ! Elle a l’écoute bienveillante, -c’est son métier d’ailleurs – elle n’a pas quitté ses frusques ethniques, ni coupé ses cheveux depuis les années 70. Elle a ce sourire un peu niais de ceux qui ont beaucoup causé de sagesse, de yoga, et de Bouddha sans jamais le rencontrer. Bref, nous sommes chez les  baba cools version bisounours quarante ans plus tard…a

Quoique. Les regards qu’échange le couple ne démentent-ils pas  les sourires ?  On y lit la  connivence amusée, vaguement condescendante, du  mépris peut-être … « Faites comme chez vous », mais ne confondez pas tout ! La bourgeoisie baba cool vieillissante, diplômée, ouvre sa porte, sa cave, sa table. Pas sa famille.  Les Loosers sont invités à jouer leur partition de looser  dans l’espace temps qui leur est offert. Après il est de bon ton qu’ils  quittent la scène. L’amie  hystérique et secrétaire, le copain obèse et alcoolique, le neveu révolté et peut être gay, allez savoir,  seront éjectés  pour avoir débordé.

Sous le miel , discrètement, le fiel ? Sous  l’empathie, l’élitisme ?

Aline Barbier

Une pensée sur “Miel et fiel”

  1. Je suis d’accord, j’ai éprouvé un malaise persistant parfois même un profond ennui à cette pseudo-bonté du couple-qui-fait-tout-ensemble. Qu’est-ce qu’ils sont chiants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *