Rompre le silence

Hélène Cixous au colloque le génocide effacé

« Entre l’interminable ténacité du silence et l’inimaginable qui dépasse nos possibilités ordinaires de penser »,  voilà où se situe ce colloque affirme l’écrivain Hélène Cixous dans l’amphi X de Paris VIII en cet après-midi glacé du 9 décembre. Sous son drôle de petit bonnet  qu’elle ne quittera pas, la grande dame de l’écriture livre à un public plus qu’attentif  ses souvenirs et son analyse sur un pays et ses habitants dont elle précise à deux reprises avec  émotion et  grâce qu’ils sont « adorables » : «  Il suffit que je vois un krama et mon cœur se met à battre… ».  Interrogée par Ashley Thompson, une autre amoureuse du Cambodge, Hélène Cixous  raconte comment elle écrivit sa pièce L’histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk roi du Cambodge et comment Mitterrand et Badinter assistèrent en 1985 à la représentation au Théâtre du soleil et  les écoutèrent ensuite longtemps, Ariane Mnouchkine et elle, leur parler d’un pays martyrisé et oublié de l’Occident . Un déni qui continue aujourd’hui : « Le peu d’audience accordée au procès des khmers rouges montre à quel point le Cambodge n’intéresse pas » devait souligner  Pierre Bayard, professeur de littérature à Paris VIII.  Lutter contre cet effacement, tel est l’objectif de ce colloque portée par  la détermination de Soko  Phay Vakalis, colloque  qui verra les plus fins spécialistes de toutes disciplines tenter de penser enfin  le « génocide » cambodgien.

La projection de S21, la machine de mort khmère rouge,  fut suivie d’un débat sur le rôle des images. James Burnet, le journaliste et ami  du réalisateur, souligna que le film de Rithy Panh (qui a convaincu les bourreaux de refaire, sous l’oeil de la caméra,  leurs gestes de bourreaux ) a réussi ce tour de force de créer des archives-  archives si manquantes pour la mémoire du Cambodge.

Enfin, l’artiste Séra , auteur d’une splendide trilogie Bd sur les khmers rouges, réalisa pour nous une performance dont vous avez le fruit ci-dessous.

Cambodge  – Le génocide oublié. Colloque à Paris VIII 9, 10 et 11 décembre 2O010. Entrée libre. Métro Saint-Denis université.

La vidéo de la performance de Séra est en ligne sur youtube :

Une pensée sur “Rompre le silence”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *