Le poids des mots

Dans une interview au monde du vendredi 28 décembre, Emmanuel Todd analyse le débat sur l’identité nationale. Sarkozy, dit il en substance recherche des boucs émissaires pour faire oublier son échec sur le plan économique. Pourquoi pas ? Je n’en sais rien et ça m’intéresse de lire l’argumentation de l’historien. Ce qui me gêne en revanche, c’est quand aux trois quarts de l’interview, il opère un glissement qui l’autorise à comparer (et notamment dans cette recherche supposée de boucs émissaires ) certains aspects de la politique actuelle du gouvernement avec la période d’avant-guerre, avec la montée du nazisme. Un peu plus loin il affirme : « l’Etat se mettant à ce point au service du capital c’est le fascisme. L’anti-intellectualisme, la haine du système d’enseignement, la chasse au nombre de profs, c’est aussi dans l’histoire du fascisme. » Et ce qui me gêne encore bien plus, c’est qu’il n’aille pas au bout de sa pensée, qu’il se rétracte (en apparence en tout cas) lorsque, répondant à l’intervention du Monde qui lui demande si la comparaison avec le fascisme n’est pas excessif, il répond : « Il ne s’agit pas du tout de dire que c’est la même chose. Il y a de grandes différences. » Pour conclure « Mais on est en train d’entrer dans un système social et politique nouveau (…) dont certains traits rappellent la montée au pouvoir de l’extrême-droite en Europe. » L’analogie me parait fausse – nazisme et fascisme sont des mots chargés – mais surtout la façon dont elle est tissée et le balancement « oui mais non et pourtant si ! » est à mon sens, dangereuse.
Au début de l’entretien Emmanuel Todd a un propos qui fait pourtant chaud au coeur : « La réalité de la France est qu’elle est en train de réussir son processus d’intégration. » Et il explique : « Les populations d’origine musulmane de France sont globalement les plus laïcisées et les plus intégrées d’Europe , grâce à un taux élevé de mariages mixtes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *