L’amour l’amour …

L’amour l’amour … c’était le thème de l’émission « Ce soir ou jamais » lundi 2 novembre et c’était un régal. Frédéric Taddei a mené son interview du philosophe Alain Badiou avec une intelligence et une gourmandise peu communes. « Eloge de l’amour » tel était le livre au centre de la soirée. Quel éloge sensible et néanmoins argumenté ! Je n’ai pas (ncore) lu l’ouvrage mais ce qui parait vraiment passionnant c’est le parti-pris de l’essayiste sur la durée. En gros, dit-il, c’est là que se situe la grande bataille de l’amour. Le début est comme une extase, on est tous ’accord c’est merveilleux. Mais c’est après que tout commence. Et « l’amour victorieux c’est celui qui assure sa durée. » Il était drôle et émouvant ce relativement vieux monsieur, avec au demeurant un gros capital charme, qui nous exhortait à ne pas renoncer : « Il ne faut jamais finir, affirmait -il presque mot pour mot. C’est une catastrophe la fin d’un amour ! »
Et pourquoi est-ce si destructeur ? Parce que, toujours selon Badiou, l’amour crée un monde nouveau : le monde de l’amour est une création dans laquelle on voyage à deux. Concrètement ça se traduit comment ? interrogeait Taddei à qui on ne la fait pas . Un exemple : la chambre amoureuse au premier petit matin n’est plus la même, le regard de l’autre fait naitre une autre chambre ; de la même façon vous vous promenez avec votre amoureux ou votre amoureuse au bord de la mer et la mer qui vous apparait à vous deux est une création, un autre monde.
C’est une expérience un peu extatique de voir naître ce monde, insistait à nouveau le philosophe.
Et voilà donc pourquoi la fin d’un amour est si douloureuse : parce que c’est aussi la fin d’un monde… Le risque de l’ amour est semblable à celui inhérent à tout acte créatif. Parfois on se plante … tant pis ! le jeu en vaut la chandelle et il faut repartir aussi sec …
C’est pas lumineux ? Allez on achète « Eloge de l’amour d’Alain Badiou chez Flammarion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *